La police de Hong Kong tire des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations de la fête d'Halloween


(Note de la rédaction: le huitième paragraphe contient un langage que certains lecteurs pourraient trouver offensant)

Par Tom Westbrook et John Geddie

HONG KONG (Reuters) – La police hongkongaise a lancé des gaz lacrymogènes afin de séparer des manifestants anti-gouvernementaux masqués se mêlant aux déguisements d'Halloween en tenue de soirée près du quartier des clubs de luxe de Lan Kwai Fong jeudi, après une impasse de plusieurs heures.

La police a également utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants, dont beaucoup habillés en noir et portant des masques désormais interdits, à Nathan Road, l'une des principales artères de Kowloon de l'autre côté du port.

Les manifestants sont descendus dans les rues de la ville dirigée par les Chinois pendant cinq mois dans une réponse parfois violente à la perception d'une ingérence de la part des Chinois dans les libertés promises. C'était la première fois que Lan Kwai Fong était pris pour cible.

Des cris de "Rendez-nous Halloween!" Ont retenti alors que la police utilisait son bouclier pour faire avancer la foule dans les rues en pente et sinueuses, théâtre d'une ruée meurtrière du Nouvel An il y a près de 27 ans.

Des manifestants et des manifestants ont été arrêtés par la police pour tenter de les éloigner.

De nombreux manifestants portaient les masques de Guy Fawkes, rendus populaires par les pirates anti-établissement, d'autres portaient le maquillage de clown de la figure de titre dérangée dans le film «Joker». L'un d'eux était habillé en leader et en laisse de Carrie Lam, leader de Hong Kong.

(Pour une infographie sur les armes et les tactiques utilisées par la police et les manifestants de Hong Kong – ici)

"Laissez les gens s'amuser"

Les embouteilleurs ont provoqué la colère des manifestants et des buveurs.

«Arrêtez de bloquer la route. Va te faire foutre! Crièrent-ils à la police. «Nous voulons boire. Ne peux-tu pas laisser les gens s’amuser pour une fois?

"Des brutes chinoises!" Rugit un autre. «C'est exagéré. C'est l'halloween!"

«La Chine est un pays communiste diabolique», a déclaré Larry, 26 ans, travailleur social en train de prendre un verre à Lan Kwai Fong. «La Chine tente de mettre ses mains sales sur Hong Kong, essayant de mettre fin à nos libertés. Non!"

La police a déployé de nombreuses banderoles bleues indiquant «Disperse ou nous pouvons utiliser la force» avant de tirer des gaz lacrymogènes sur les manifestants dans la partie centrale de Lan Kwai Fong, suspendue dans les airs au-dessus des rues étroites bordées de centres commerciaux de luxe, de banques et de bijoux. magasins.

Les manifestants étaient dispersés dans toutes les directions, mais certains ont joué au chat et à la souris avec la police tard dans la nuit.

Des manifestants anti-gouvernementaux vêtus de costumes défilent lors de l'Halloween à Lan Kwai Fong, district central, Hong Kong, Chine le 31 octobre 2019. REUTERS / Tyrone Siu

La plupart des week-ends, des foules de fêtards envahissent les bars et les clubs de Lan Kwai Fong et de ses environs, une zone de divertissement créée à la fin des années 1970 et au début des années 1980 avec des clubs comme «Disco Disco» et «Club '97 ”, Nommée après l’année où Hong Kong est revenu de la domination britannique à la domination chinoise.

Le 31 décembre 1992, des milliers de personnes s'étaient rassemblées dans des rues glissantes avec de la bière et du champagne, faisant au moins 20 morts et plusieurs blessés.

RÉCESSION

Comme prévu, Hong Kong est entré en récession pour la première fois depuis la crise financière mondiale au troisième trimestre, selon des données publiées jeudi, alourdies par les manifestations de plus en plus violentes contre le gouvernement et par la longue guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Interrogé sur les projets du gouvernement visant à atténuer la pression exercée par les manifestations sur les entreprises de Hong Kong, M. Lam a déclaré à une conférence que les circonstances justifiaient l'adoption de mesures «exceptionnelles».

Son administration a promis une aide financière d'environ 21 milliards de dollars Hong Kong (2,7 milliards de dollars) aux entreprises depuis août, en partie sous la forme de subventions au loyer et au carburant.

Les manifestants affirment que Beijing intervient de plus en plus à Hong Kong, qui est revenu de domination britannique à chinoise selon une formule "un pays, deux systèmes" destinée à garantir les libertés que les citoyens de la partie continentale n’ont pas.

La Chine nie toute ingérence et a accusé des gouvernements étrangers, y compris les États-Unis et la Grande-Bretagne, de semer le trouble.

La Chine a déclaré après une réunion de ses dirigeants qu’elle préserverait la prospérité de Hong Kong et la sécurité nationale.

Diaporama (21 Images)

Certains manifestants à Hong Kong ont lancé des bombes d'essence sur la police, allumé des feux et vandalisé des bâtiments et des entreprises appartenant au gouvernement, en particulier ceux considérés comme pro-Pékin, lors de récentes manifestations.

La police a réagi avec des gaz lacrymogènes, du gaz poivré, des balles en caoutchouc, des canons à eau et parfois des balles réelles.

À Kowloon, les manifestations dans la région de Mong Kok ont ​​marqué deux mois après que la police eut battu des manifestants dans une rame de métro alors qu'ils s'effondraient sur le sol, dont les images de CCTV ont été largement diffusées en ligne.

Reportage de Sarah Wu, John Geddie, Twinnie Siu, Simon Gardner, Clare Jim, Maître Farah, Greg Torode, Anne Marie Roantree, James Pomfret et Tom Westbrook à Hong Kong et Ben Blanchard à Beijing; Écrit par Nick Macfie; Édité par Raju Gopalakrishnan et Kevin Liffey



Lire plus