Les premiers ministres du Canada discutent des revendications du nouveau gouvernement Trudeau alors que le secteur pétrolier se débat


TORONTO (Reuters) – Les premiers ministres des gouvernements des provinces et des territoires du Canada ont commencé à se réunir lundi pour discuter de leurs revendications envers le nouveau gouvernement du premier ministre Justin Trudeau alors que la frustration règne dans le gisement de pétrole de l’Ouest.

Les premiers ministres provinciaux du Canada se réunissent à Toronto, Ontario, Canada, le 2 décembre 2019. REUTERS / Carlos Osorio

Le groupe, connu sous le nom de Conseil de la fédération, se réunit pour la première fois depuis que les libéraux de Trudeau n’ont pas remporté de siège en Alberta ou en Saskatchewan, le cœur de l’industrie pétrolière en difficulté, aux élections nationales d’octobre.

Le sentiment d'aliénation des pays occidentaux découle des difficultés économiques auxquelles ces provinces sont confrontées depuis le krach mondial des prix du pétrole en 2014/15, ce qui a entraîné une hausse du chômage supérieure à la moyenne nationale.

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, réclame des changements dans un programme fédéral qui achemine l'aide économique vers les provinces pour permettre des transferts plus importants dans sa province. Mais il est peu probable que le conseil soutienne cette décision, car cela entraînerait probablement des réductions pour les autres provinces.

Les premiers ministres pourraient s'entendre sur des demandes d'augmentation des dépenses fédérales en soins de santé, gérées au niveau provincial mais partiellement financées par le gouvernement fédéral.

«Nous nous concentrons sur trois ou quatre choses solides», a déclaré le Premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, à la réunion. "Restez à l'écoute."

Une conférence de presse de fin de réunion est prévue à 14 heures. ET (1900 GMT).

Les premiers ministres d'appartenance à la droite sont à l'offensive et s'attaquent à la cause occidentale en espérant que cela les aidera à vaincre Trudeau lors de la prochaine élection, ce qui pourrait prendre quelques années, car les libéraux n'ont pas réussi à remporter la majorité des sièges au parlement.

Trudeau a nommé le mois dernier son ancienne ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et l'a chargée des relations avec les provinces et les territoires. Elle est née en Alberta et parle souvent de ses racines dans la province.

Trudeau devra négocier avec les premiers ministres s'il veut tenir sa promesse électorale d'introduire la couverture des médicaments sur ordonnance dans tout le pays.

Le nouveau Parlement se réunira pour la première fois jeudi, lorsque les priorités du gouvernement seront exposées dans le discours du Trône.

De nombreux premiers ministres ont rencontré Trudeau en tête-à-tête depuis l'élection et le conseil au complet devrait s'asseoir avec le premier ministre l'année prochaine.

Reportage de Moira Warburton, écrit par Steve Scherer à Ottawa; Édité par Marguerita Choy



Lire plus