Les sénateurs américains veulent que la Turquie soit sanctionnée pour son système de missiles russe


WASHINGTON (Reuters) – Les législateurs américains ont pressé lundi le gouvernement Trump d'imposer des sanctions à la Turquie pour son acquisition d'un système de défense antimissile russe, en précisant que l'échec de ce processus envoie un "signal terrible", et qu'un comité clé du Sénat a voté législation supplémentaire pour punir Ankara.

PHOTO DU DOSSIER: La sénatrice Lindsey Graham (R-SC) a pris la parole après que le président américain, Donald Trump, eut annoncé que le dirigeant de l'État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, aurait été tué lors d'une opération militaire américaine dans la salle de conférence de la Maison Blanche à Washington. États-Unis, 27 octobre 2019. REUTERS / Joshua Roberts / File Photo

«Le temps de la patience est expiré depuis longtemps. Il est temps que vous appliquiez la loi », ont déclaré le sénateur démocrate Chris Van Hollen et la sénatrice républicaine Lindsey Graham dans une lettre adressée au secrétaire d'État Mike Pompeo. "Ne pas le faire envoie un signal terrible aux autres pays: ils peuvent faire fi des lois américaines sans conséquence", ont-ils déclaré.

Ankara et Washington sont en désaccord sur l’achat du système russe S-400 par la Turquie, alliée à l’OTAN. Ce dernier n’est pas compatible avec les défenses de l’OTAN et constitue une menace pour ses avions de combat furtifs F-35, développés par Lockheed Martin Corp.

En exaspérant de nombreux membres du Congrès, la Turquie a écarté la menace de sanctions américaines et a commencé à recevoir ses premières livraisons de S-400 en juillet. En réponse, Washington a retiré la Turquie du programme des F-35.

L’administration du président américain Donald Trump a hésité à imposer des sanctions bien que celui-ci ait signé en 2017 une loi générale sur les sanctions, connue sous le nom de CAATSA, qui l’oblige pour les pays qui traitent avec l’armée russe.

La colère des législateurs américains à l’égard de la Turquie s’est accrue après le passage d’Ankara en Syrie pour une offensive contre les milices kurdes qui avaient aidé les forces américaines à combattre des militants de l’État islamique.

Le sénateur Jim Risch, président du comité des relations extérieures et républicain, a déclaré aux journalistes que le comité voterait la semaine prochaine sur un projet de loi distinct visant à imposer des sanctions sévères à Ankara.

Quand on lui a demandé si cela signifiait que sa patience avec la Turquie était épuisée, Risch a déclaré aux journalistes que cela s’était passé il ya quelque temps.

Un assistant a déclaré que la commission des relations extérieures examinerait le projet de loi, coparrainé par Risch et le sénateur Bob Menendez, le plus démocrate du comité, mercredi.

Graham et d’autres membres du parti, normalement des défenseurs ardents du républicain Trump, ont vivement critiqué la décision du président de retirer les troupes du nord-est de la Syrie, ouvrant ainsi la voie à l’action turque contre les combattants kurdes.

Trump a accueilli son homologue turc, Tayyip Erdogan, à la Maison Blanche le mois dernier pour une réunion qu'il qualifiait de "merveilleuse". Mais rien n'indique qu'Erdogan ait modifié son plan d'achat du système russe.

Le département d'État n'a pas répondu à une demande de commentaire. Pompeo a déclaré le 26 novembre que la Turquie effectuant des tests sur le système russe était "préoccupante" et que les discussions en vue de résoudre le problème étaient toujours en cours.

Le même jour, Rosoboronexport, exportateur d’armes d’État russe, aurait déclaré que Moscou espérait signer un accord pour fournir à la Turquie davantage de systèmes de missiles S-400 au cours du premier semestre 2020.

Reportage de Patricia Zengerle, reportage supplémentaire de Richard Cowan; Édité par Bill Berkrot et Cynthia Osterman



Lire plus