Un diplomate chinois de haut rang s'apprête à se rendre en Corée du Sud pour la première fois en cinq ans, au milieu d'une ligne de défense antimissile


SEOUL (Reuters) – Un diplomate chinois de haut rang se rend à Séoul cette semaine pour la première fois en cinq ans, alors que les deux pays cherchent à resserrer leurs liens face à un conflit sur un système antimissile américain en Corée du Sud.

DOSSIER DE PHOTOS: Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi (C), est entouré de journalistes après des entretiens avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à la résidence officielle de ce dernier à Tokyo, au Japon, le 25 novembre 2019. Kimimasa Mayama / Pool via REUTERS / File Photo

Le principal diplomate du gouvernement chinois, le conseiller d'Etat Wang Yi, devrait arriver mercredi pour un séjour de deux jours, au cours duquel il rencontrera son homologue, Kang Kyung-wha, et le président Moon Jae-in, ont annoncé des responsables à Séoul.

La Corée du Sud considère la Chine comme un acteur clé pour relancer les pourparlers de dénucléarisation entre les États-Unis et la Corée du Nord, un allié de longue date de Beijing.

La visite de Wang sera la première depuis la controverse autour de l’installation du système de défense de zone de haute altitude (THAAD) aux États-Unis en Corée du Sud, bien que lui et Kang aient déjà parlé à d’autres occasions.

Entre-temps, les États-Unis et la Corée du Sud sont aux prises avec un désaccord de plus en plus public sur le montant des dépenses que Séoul doit payer pour accueillir quelque 28 500 soldats américains.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré que la visite de Wang serait une occasion de renforcer les relations "en vue de nouveaux développements", avec des questions bilatérales et régionales à l'ordre du jour.

Les deux parties devraient principalement discuter de la participation prévue de Moon à un sommet trilatéral en Chine avec le Japon, ainsi que d'une éventuelle visite du président chinois Xi Jinping en Corée du Sud l'année prochaine.

TENSIONS MISSILE

Les États-Unis ont suggéré de mettre en place le système THAAD pour faire face aux menaces de missiles de la Corée du Nord. Au total, six batteries d’intercepteurs ont été installées à la base aérienne de Seongju, dans le sud-est, d’ici 2017.

Beijing a dénoncé avec colère le mouvement, affirmant que le puissant radar du système pourrait pénétrer sur le territoire chinois et qu’il faisait partie d’une campagne menée par les États-Unis pour mettre en place un bouclier antimissile mondial.

Ce conflit a entraîné une forte baisse des industries du tourisme, des cosmétiques et du divertissement en Corée du Sud, qui avaient prospéré grâce à la demande chinoise. La Chine est le principal partenaire commercial de la Corée du Sud.

Après la prise de fonction de Moon en 2017, les deux parties ont cherché à rétablir les liens par le biais d'un accord aux termes duquel la Corée du Sud a reconnu les préoccupations de la Chine et s'est engagée à ne pas déployer d'intercepteurs supplémentaires.

Mais les relations économiques ne sont pas complètement rétablies, ont déclaré des responsables de l'industrie.

"Les relations avec la Chine ont plutôt été négligées après que la fracture de THAAD se soit estompée quelque peu, mais il y a encore plusieurs points de friction, y compris les intrusions de THAAD et de la zone de défense aérienne de la Chine", a déclaré Shin Beom-chul, chercheur à l'Institut Asan pour Etudes politiques à Séoul.

RÉDUIRE LES MAUVAISES COMMUNICATIONS

Les avions militaires chinois violent fréquemment la zone de défense aérienne de la Corée du Sud, ce qui crée une autre source de conflit.

Vendredi, l’armée sud-coréenne a annoncé avoir brouillé des jets après l’arrivée d’un avion de guerre chinois à plusieurs reprises dans la zone d’identification de la défense aérienne coréenne pendant plus de trois heures et demie.

En juillet, des avions de combat sud-coréens ont tiré des fusées éclairantes et des coups de semonce près d'un avion de guerre russe qui avait violé l'espace aérien de la Corée du Sud lors de la première patrouille aérienne régionale à longue portée menée par des avions chinois et russes.

La Corée du Sud cherche à ouvrir de nouvelles lignes directes militaires avec la Chine pour améliorer ses communications. Les ministres de la Défense des deux pays ont discuté de cette question en marge d’une conférence internationale à Bangkok le mois dernier, a annoncé le ministère de la Défense de Séoul.

"La visite de Wang ne suffira peut-être pas à résoudre tous les différends, mais pourrait être un point de départ, à condition que la Chine n'exige aucune action radicale, en particulier à l'encontre de THAAD", a déclaré Shin.

Reportage de Hyonhee Shin; Édité par Josh Smith et Gerry Doyle



Lire plus