Crise de la faim au Somaliland: «Le monde ne répond pas tant que les enfants ne meurent pas» | Réponse humanitaire


Le ministre des Affaires étrangères du Somaliland a déclaré que le refus de la communauté internationale de reconnaître la république 26 ans après sa déclaration d’indépendance signifie que l’aide prend beaucoup plus de temps pour atteindre les populations au bord de la famine.

Bien que le Somaliland, sur le golfe d'Aden, compte 4,4 millions d'habitants et sa propre monnaie, l'armée et le parlement, aux yeux du monde, il fait partie de la Somalie déchirée par la guerre. Plus de 1,5 million de personnes ont été touchées par la sécheresse qui a frappé l'État et la plupart de son bétail a été anéanti. Ces derniers jours, la sécheresse a été aggravée par une épidémie de choléra dans l'est.

Le ministre des Affaires étrangères du Somaliland, Saad Ali Shire
Le ministre des Affaires étrangères du Somaliland, Saad Ali Shire. Photographie: Ministère des affaires étrangères du Somaliland

Saad Ali Shire, ministre des Affaires étrangères du Somaliland, a déclaré: «Le manque de reconnaissance est un problème majeur. Nous ne recevons pas d'aide bilatérale. Toute l'aide va aux tiers via l'ONU. L'ONU a des gens très professionnels, mais la bureaucratie qui accompagne ces nombreux canaux est énorme et les coûts administratifs sont élevés. Si nous étions reconnus, nous pourrions recevoir une aide bilatérale et attirer des investisseurs internationaux – créant ainsi une économie plus résiliente et moins dépendante du bétail.

«Je ne pense pas que les gens aient pris au sérieux nos avertissements de famine avant le début de l'année. Il semble que la communauté internationale ne semble pas réagir tant qu'il n'y a pas d'enfants émaciés et mourants sur leurs écrans de télévision.

«L'aide fournie actuellement par le biais de l'ONU est très lente et bureaucratique. La volonté ne manque pas, mais il faut souvent des mois pour que l'aide parvienne au pays car il doit passer par tant de niveaux. »

Le Somaliland, une ancienne colonie britannique, a déclaré son indépendance de la Somalie en 1991 et a été félicité pour sa relative stabilité politique et son absence de conflit.

Maintenant, les dirigeants du pays rouvrent une bataille pour la reconnaissance diplomatique, estimant que s’ils peuvent persuader un État oscillant de l’Union africaine, comme le Ghana, de reconnaître le pays, le reste de la communauté internationale suivra. La sécheresse et la crise dans la Somalie voisine ont ajouté à l'urgence.

«Nous avons toujours eu des sécheresses, mais elles se produisaient tous les 10 ans. Maintenant, ils sont une fois tous les deux ans en raison du changement climatique », a déclaré Shire. «Cette année, nous avons connu la pire sécheresse de mémoire d'homme en Afrique de l'Est.

«La sécheresse a détruit 80% du bétail du pays et nous sommes une économie pastorale. La bureaucratie a été si lente que dans de grandes parties du pays peu ou pas d'aide est arrivée. »

D’autres estiment qu’environ la moitié des 18 millions de têtes de bétail du pays sont mortes.

Shire a affirmé que le gouvernement somalien de Mogadiscio était de plus en plus ferme en essayant de s'approprier une quantité disproportionnée d'aide internationale envoyée à la région.

Le Royaume-Uni et les États-Unis sont de loin les deux principaux donateurs à l'appel de l'ONU contre la famine et ont été à l'avant-garde des efforts visant à réveiller la communauté internationale pour améliorer la sécurité à l'intérieur de la Somalie.

Insistant sur le fait que sa demande de reconnaissance juridique n’aggraverait pas les problèmes actuels de la Somalie, Shire a déclaré: «Nous avons résisté à l’épreuve du temps. Nous avons duré 26 ans. Nous sommes une démocratie et un pays matures et nous croyons en la démocratie. »

L'ONU s'est dite préoccupée par le fait que les élections présidentielles au Somaliland n'auraient pas lieu avant novembre, mais Shire a déclaré qu'elles avaient été retardées en raison de la sécheresse et a promis qu'elles se dérouleraient.

Des enfants boivent de l'eau livrée par camion dans le village de Baligubadle, frappé par la sécheresse, près de Hargeisa, la capitale du Somaliland, dans cette photo fournie par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge le 15 mars 2017.
Des enfants boivent de l'eau livrée par camion dans le village de Baligubadle près de Hargeisa, au Somaliland. Photographie: Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge / Reuters

"De 1991 à 1997, nous avons connu des conflits, des guerres civiles et des bouleversements, mais nous avons réussi à résoudre ces problèmes – contrairement à la Somalie – par la réconciliation, la démobilisation et une meilleure gouvernance", a-t-il déclaré.

Shire a déclaré que la communauté internationale dépensait 2 milliards de dollars (1,5 million de livres sterling) par an pour améliorer la sécurité en Somalie et a remis en question l'intérêt de lui donner de nouvelles armes. «Nous souffrons du syndrome d'être le bon enfant. Les enfants coquins reçoivent toute l'attention. La communauté internationale semble disposée à récompenser l'échec et à pénaliser le succès.

«La Somalie bénéficierait de notre indépendance. Nous serions en mesure de partager avec eux notre expérience sur la manière de parvenir à la réconciliation et à la prospérité. Nous ne voulons rien de la Somalie. Nous ne voulons ni terres ni argent de leur part. Nous voulons notre indépendance. »

Il a également exhorté la communauté internationale à rejeter le récent appel de la Somalie à la levée de l'embargo sur les armes pour vaincre les militants islamiques al-Shabaab. «L'endroit est déjà inondé d'armes. Ce qu'ils doivent faire, c'est gagner la confiance des gens. Le gouvernement n'a pas besoin de nouvelles armes. Il doit récupérer les armes qui sont déjà là. »



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *