Le Somaliland s'apprête à interdire les mutilations génitales féminines mais les militants craignent que la nouvelle loi ne soit pas respectée | Développement global


Le Somaliland devrait adopter une loi interdisant les mutilations génitales féminines alors que certains militants se plaignent que cette décision n'ira pas assez loin.

Plus tôt ce mois-ci, le Somaliland a annoncé une nouvelle fatwa, ou édit religieux, interdisant deux des trois types de coupes féminines. Maintenant, des mesures sont en cours pour soutenir le décret avec une législation susceptible d'être approuvée par le gouvernement de la république autoproclamée dans quelques semaines.

Le Somaliland a l'un des taux les plus élevés de MGF au monde, l'UNICEF estimant que 98% des femmes âgées de 15 à 49 ans dans l'État d'Afrique de l'Est ont subi la procédure. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les MGF sont également souvent pratiquées sur des filles de moins de 15 ans, entraînant des complications qui vont des saignements et des infections aux problèmes de miction et aux complications de la procréation.

La fatwa, qui n'a aucune signification juridique sans législation de soutien, n'interdit pas les MGF de type 1, ce qui implique l'ablation partielle ou complète du clitoris. On ne sait pas encore si la législation condamnera les trois types de MGF, qui peuvent aller de l'ablation d'une partie du clitoris au rétrécissement de l'ouverture vaginale en créant un joint, formé en coupant et en repositionnant les lèvres.

Abdirahman O Gaas, directeur exécutif du Réseau contre les MGF / E au Somaliland, un groupe d'organisations de la société civile travaillant à mettre fin à cette pratique, est convaincu que le gouvernement approuvera la nouvelle législation.

"Nous sommes très optimistes que cette politique obtiendra l'approbation du cabinet, car le président a précédemment montré son engagement sur cette question", a déclaré Gaas. «Il est probable que le Parlement adoptera la loi car il n'y a pas de conflit significatif entre les parties prenantes. À travers la fawta, les chefs religieux ont également montré leur engagement à interdire les MGF. »

La fatwa et la législation d’appui font suite à l’introduction récente d’une loi criminalisant le viol au Somaliland et Ayan Mahamoud, le représentant résident de l’État en Grande-Bretagne et dans le Commonwealth, estime qu’il s’agit d’une période de progrès au Somaliland.

"C’est un pas dans la bonne direction", a déclaré Mahamoud. «Bien que nous ne soyons pas entièrement satisfaits de la fatwa, son adoption aidera la législation à passer par le parlement et sauvera de nombreuses jeunes filles des abus.»

L'éducation de la population du Somaliland et l'application des sanctions seraient les plus grands défis de la législation, a déclaré Mahamoud. Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune indication du type ou de la sévérité de la peine que subiront ceux qui continuent de pratiquer les MGF.

Gaas a déclaré que le soutien des chefs religieux renforcerait la législation: «La sauvegarde des chefs religieux est très importante, car la société au Somaliland est très influencée par eux. Maintenant, ils soutiennent ce programme, je pense que tout se passera bien, mais les législateurs ont besoin de temps et de soutien technique. »

L'implication des chefs religieux a également suscité des critiques. Guleid Ahmed Jama, président du Centre des droits de l'homme du Somaliland, s'est dit préoccupé par le fait que lier les MGF et l'islam brouillerait la frontière entre les questions religieuses et les pratiques culturelles.

Il a déclaré: «La décision du ministère religieux a effectivement légalisé les MGF en condamnant seulement deux types de MGF. Il a donné un sens religieux à quelque chose qui n'a rien à voir avec la religion.

«Je suis très préoccupé par l'implication des chefs religieux. Si vous donnez aux chefs religieux le pouvoir de faire des déclarations qui ont un sens législatif, cela mettra en danger et sapera les structures et les systèmes étatiques. Je crains que cela ne crée un précédent pour les futures lois. »

L'Initiative stratégique pour les femmes dans la Corne de l'Afrique, un réseau d'organisations de la société civile, a déclaré dans un communiqué: «La fatwa du ministère des Affaires religieuses est trompeuse car elle n'interdit pas les MGF d'un point de vue religieux islamique. Au contraire, il autorise et légitime les MGF de type 1 sous un angle islamique, qui est toujours le type de MGF le plus pratiqué. »

Guleid a averti que la législation ne serait pas indicative d'une tolérance zéro envers les MGF par le gouvernement. "Vous ne pouvez pas accepter une partie d'une violation des droits de l'homme et en interdire une autre", a-t-il déclaré. «Une violation des droits de l'homme est une violation des droits de l'homme et doit être éradiquée tous ensemble.»

. (tagsToTranslate) Somaliland (t) Santé mondiale (t) Mutilations génitales féminines (MGF) (t) Développement mondial (t) Santé (t) Femmes (t) Genre (t) Nouvelles du monde (t) Société (t) Women & # x27; droits et égalité des sexes



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *