09/12/2021

Un journaliste marocain condamné à la prison pour avortement et rapports sexuels avant le mariage


RABAT, Maroc – Un juge marocain a déclaré lundi une journaliste et son fiancé coupables d'avoir eu des relations sexuelles avant le mariage et d'avoir subi un avortement. Ils ont également été condamnés à une peine de prison et à un médecin reconnu coupable de l'avortement. offre voilée de supprimer la couverture critique du gouvernement.

La journaliste Hajar Raissouni, âgée de 28 ans, qui travaille pour le quotidien indépendant Akhbar Al Yaoum, et son fiancé, Rifaat al-Amin, ont été arrêtés le 31 août alors qu'ils quittaient le bureau d'un gynécologue à Rabat, la capitale marocaine.

Les accusés ont nié l'existence d'un avortement et déclaré que Mme Raissouni avait cherché à se faire soigner après avoir eu un caillot de sang.

«Ce jugement a été un choc», a déclaré Cherki Lahrech, une journaliste présente lors du verdict. «La défense a prouvé son innocence. Je ne comprends pas ce qui s’est passé. Tout cela pose beaucoup de questions.

Le juge a condamné Mme Raissouni et M. al-Amin à un an de prison et le Dr Jamal Belkeziz à deux ans. Un deuxième médecin et un assistant de bureau ont également été reconnus coupables d'avoir participé à la procédure, mais le juge leur a infligé des peines avec sursis.

Mme Raissouni, vêtue d'une robe traditionnelle noire connue sous le nom de djellaba et d'un foulard, n'a montré aucune réaction extérieure au verdict, ce qui a provoqué des cris et des halètements chez les autres dans la salle d'audience. Plusieurs de ses amis se sont ensuite blottis autour de lui, pleurant et se consolant, puis lui ont dit au revoir, alors qu'elle a été emmenée dans un véhicule de police et emmenée du tribunal.

Le procès est peut-être l'exemple le plus frappant des arrestations et poursuites de journalistes critiques à l'égard du gouvernement, sur des accusations apparemment sans rapport avec leurs reportages. L'année dernière, Taoufik Bouachrine, fondateur et éditeur de Akhbar Al Yaoum, a été condamné à 12 ans de prison pour agression sexuelle, dans le cadre d'une poursuite en justice. Le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a conclu que l’injustice était acquise.

Akhbar Al Yaoum est l'un des rares organes de presse indépendants au Maroc. Mme Raissouni a écrit sur les droits de l'homme et la politique, et elle a couvert des manifestations dans la région du Rif au nord du pays qui ont abouti à des centaines d'arrestations.

Son cas a suscité des protestations et un torrent de commentaires et de critiques en ligne – une rare explosion de dissidence publique au Maroc, un royaume arabe situé sur la côte nord-ouest de l'Afrique. Beaucoup ont appelé à une plus grande liberté de la presse et à une refonte du code pénal conservateur du pays.

Il y a quelques jours, des milliers de Marocains ont signé un manifeste réclamant la légalisation de l'avortement et des rapports sexuels hors mariage, au moment même où le Parlement doit examiner des amendements autorisant l'avortement en cas de viol et d'inceste. Actuellement, la procédure n’est légale que si la vie d’une femme est en danger.

Un changement dans les règles régissant les médias en 2016 a aboli les peines de prison pour les journalistes sur la base de leur travail, mais les critiques affirment que le gouvernement a poursuivi sa campagne contre le reportage indépendant par le biais d'autres accusations.

Le procureur dans cette affaire, Abdeslam Imani, a déclaré que les accusations n’avaient rien à voir avec le journalisme de Mme Raissouni et qu’elle avait été prise au hasard car le bureau du gynécologue était sous surveillance et soupçonné de pratiquer des avortements illégaux.

Les lois anti-avortement sont rarement appliquées au Maroc. Les chiffres officiels montrent que 73 personnes ont été arrêtées l'année dernière pour avoir pratiqué ou subi un avortement illégal.

La Clooney Foundation for Justice, qui a suivi le procès, a cité plusieurs violations des droits de Mme Raissouni, ainsi que des preuves selon lesquelles elle n’était jamais enceinte.

Lorsque Mme Raissouni a été arrêtée, Amnesty International a demandé sa libération immédiate, affirmant que les accusations étaient «injustes» et Human Rights Watch. a dénoncé la «violation» de sa vie privée comme une illustration du «manque de respect des libertés individuelles par le pays et apparemment de l’application sélective de lois injustes pour punir le journalisme critique et le militantisme».

Inès Osman, directrice du MENA Rights Group, basé à Genève, qui a déposé une série de plaintes aux Nations Unies concernant l'affaire Raissouni, a déclaré que justice ne pourrait être rendue par le tribunal marocain.

«Le pouvoir judiciaire manquant clairement d’indépendance et d’impartialité, nous avons fait appel à des experts américains pour assurer la reconnaissance des violations subies par Hajar, et leur avons demandé instamment aux autorités marocaines de la libérer immédiatement», a déclaré Mme Osman.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA