09/12/2021

Le Président Suriname Bouterse reconnu coupable de meurtre pour les exécutions de 1982


(L'histoire du 29 novembre, corrigée de «consul actuel» à «ancien consul» au paragraphe 14)

DOSSIER DE PHOTO: La Présidente du Suriname, Desi Bouterse, assiste à une réunion avec le Premier ministre chinois Li Keqiang (non photographié) au Grand Palais du Peuple à Pékin, Chine, le 27 novembre 2019. REUTERS / Florence Lo / Pool

Par Ank Kuipers

PARAMARIBO (Reuters) – Un tribunal du Suriname a condamné vendredi le président Desi Bouterse pour le meurtre qui avait entraîné l'exécution de 15 opposants en 1982 à la suite d'un coup d'État au pouvoir, condamnant l'homme qui a dominé l'histoire récente de l'ancienne colonie néerlandaise jusqu'à 20 ans de prison.

Les partis d'opposition ont appelé à la démission de Bouterse, actuellement en Chine en visite officielle en Chine. Le tribunal militaire qui l'a reconnu coupable n'a pas encore ordonné son arrestation.

M. Bouterse devrait rentrer au Suriname samedi ou dimanche, évitant ainsi son voyage à Cuba, a annoncé le vice-président de son parti démocrate national, Le journal local De Ware Tijd. Ramon Abrahams a déclaré au journal qu'il était en contact téléphonique avec Bouterse et a convoqué une réunion d'urgence du parti.

Bouterse a dirigé le pays sud-américain pendant les années 1980 en tant que chef d'un gouvernement militaire, puis a repris ses fonctions en 2010 et s'est réélu cinq ans plus tard.

Le tribunal a jugé que M. Bouterse avait supervisé une opération au cours de laquelle des soldats sous son commandement ont enlevé de leur domicile 16 critiques du gouvernement, y compris des avocats, des journalistes et des professeurs d'université. Ils ont tué 15 d'entre eux dans une forteresse coloniale de la capitale Paramaribo.

Un dirigeant syndical a survécu et a ensuite témoigné contre Bouterse.

Bouterse, qui a toujours nié les accusations, peut faire appel de la décision. Le président, qui était représenté par un avocat au procès, n'a pour l'instant fait aucun commentaire sur sa condamnation.

Dans une déclaration, le gouvernement surinamais a déclaré qu'il avait "pris note de l'évolution de la situation et avait appelé la communauté à maintenir la paix".

Les critiques ont vilipendé Bouterse, âgé de 74 ans, en tant que dictateur qui s'est accroché au pouvoir dans le pays des 560 000 habitants, qui a obtenu son indépendance des Pays-Bas en 1975.

Angelic del Castillo, chef du parti d’opposition "Alternative démocratique", a déclaré que Bouterse s’était "disqualifié" du poste de leader du Suriname et a exigé sa démission immédiate. "Ceci est dans l'intérêt de la dignité du bureau et de notre nation", a déclaré del Castillo dans un communiqué.

CONDAMNATION CONJOINTE

En 1999, Bouterse a été reconnu coupable par contumace de trafic de drogue par un tribunal néerlandais, bien qu'il ait nié tout acte répréhensible. En 2005, un juge du Suriname a condamné le fils de Bouterse, Dino, à la tête d’un groupe de trafic de cocaïne, d’armes illégales et de voitures de luxe volées.

En tant qu'officier subalterne, Bouterse a pris part au coup d'État de 1980 contre le premier Premier ministre du Suriname, Henck Arron, et s'est immédiatement promu chef d'état-major de l'armée, devenant ainsi un dirigeant efficace du gouvernement.

Vendredi soir, le tribunal a par la suite condamné six autres anciens officiers de l'armée, dont un ancien consul en Guyane française voisine, pour le rôle qu'ils avaient joué dans cet épisode. Ils ont notamment forcé des victimes à quitter leur domicile la nuit ou participé à la fusillade.

Dans une déclaration commune, les missions diplomatiques des Pays-Bas, des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Espagne, d'Allemagne et de France auprès du Suriname ont déclaré qu'il était "essentiel" que les verdicts soient "mis en œuvre et respectés conformément à la règle de droit."

Bouterse a quitté l'armée à la fin de 1992 pour se lancer dans les affaires et la politique, à la tête du Parti national démocrate (NPD), qui est une armée, tout en restant un personnage national controversé.

Bouterse et le NPD ont toujours essayé d'entraver les poursuites judiciaires entamées en 2007. En 2012, l'Assemblée nationale contrôlée par le NPD a adopté une loi d'amnistie lui accordant l'immunité, qui a ensuite été invalidée par une décision de justice.

Reporting par Ank Kuipers à Paramaribo; Reportage additionnel de Tony Sterling à AmsterdamÉcrit par Angus BerwickÉdition de Lisa Shumaker, Rosalba O'Brien et Cynthia Osterman



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA