La police de Denver ordonnée de limiter l'utilisation de gaz lacrymogènes et de balles en plastique lors des manifestations


DENVER (Reuters) – Un juge d'un tribunal de district américain a ordonné vendredi à la police de Denver de ne pas utiliser de gaz lacrymogène, de balles en plastique et d'autres forces «moins meurtrières» telles que des grenades éclair contre des manifestants, sauf approbation d'un officier supérieur en réponse à des actes de violence.

PHOTO DE DOSSIER: Des manifestants affrontent la police en tenue anti-émeute près du Capitole, pour protester contre le meurtre lundi de l'homme afro-américain George Floyd à Minneapolis par un officier de police blanc, à Denver, Colorado, États-Unis, le 28 mai 2020 dans cette image obtenue des médias sociaux. Avec l'aimable autorisation de Madison Lauterbach / Mme. Magazine Mayhem / @ MsMayhem_Mag via REUTERS

L'injonction temporaire faisait suite à un procès local en cours intenté jeudi devant le tribunal de district de Denver par des manifestants se plaignant de la force excessive utilisée par les policiers lors des manifestations après la mort d'un homme noir non armé, George Floyd, en garde à vue à Minneapolis le mois dernier.

La décision, qui est en vigueur depuis 14 jours, a cité des exemples de manifestants et de journalistes blessés par la police.

"La crainte légitime et crédible des manifestants pacifiques de représailles policières fait taire leur discours politique", a-t-il ajouté.

Le décès de Floyd, originaire de Houston, lors de son arrestation pour une infraction non violente a déclenché des manifestations nationales contre le recours à la force par la police.

À Denver, des foules de manifestants se sont rassemblées autour du Capitole de l'État chaque jour pendant plus d'une semaine, scandant et portant des pancartes pour protester contre le meurtre de Floyd.

Le 29 mai, des personnes parmi la foule, pour la plupart pacifiques, ont cassé des fenêtres dans le bâtiment de la Cour suprême de l'État et dans un musée voisin. Certaines vitrines ont été brisées et des pillards volés avec de la marchandise.

Alors que le procès, intenté par quatre militants, reconnaît que certains manifestants «se sont livrés à un comportement destructeur», et il indique également que la grande majorité était pacifique.

"Néanmoins, le département de police de Denver … et d'autres services de police, à leur invitation, se sont livrés à des tactiques de lutte antiémeute nuisibles sans émettre d'avertissement clair ni ordonner de se disperser", a indiqué la plainte.

Au moins une femme a été gravement blessée aux yeux lorsqu'elle a été frappée par un projectile, selon le procès.

«TACTIQUES EXTRÊMES»

La décision de justice a cité de nombreux cas, capturés sur vidéo, de policiers utilisant des gaz lacrymogènes, des projectiles et d'autres mesures contre des manifestants pacifiques qui ont exercé leurs droits constitutionnels américains de se rassembler et de protester.

Des journalistes ont également été spécifiquement ciblés et abattus avec des projectiles, "alors qu'ils étaient en train de documenter la scène", a indiqué le jugement.

Dans sa décision, le juge de district américain R. Brooke Jackson a déclaré qu'il cherchait à équilibrer les droits constitutionnels des citoyens et la capacité des policiers à faire leur travail, et que la police de Denver avait «manqué à son devoir de contrôler la sienne».

"Si les vitres d'un magasin doivent être brisées pour éviter que les os du visage d'un manifestant ne soient brisés ou que ses yeux ne soient endommagés de façon permanente, c'est plus qu'un commerce équitable", a écrit Jackson dans sa décision de 10 pages.

"Ce sont des manifestants pacifiques, des journalistes et des médecins qui ont été ciblés avec des tactiques extrêmes destinées à réprimer les émeutes, pas à réprimer les manifestations."

Sa décision empêche la police de Denver d'utiliser des armes chimiques ou des projectiles à moins qu'un capitaine ou un superviseur supérieur sur place n'autorise un tel recours à la force en réponse à des actes spécifiques de violence ou à la destruction de biens.

Aucun projectile non létal ou moins meurtrier ne pourra jamais viser la tête, le bassin ou le dos, ni tirer sans discernement sur une foule, a déclaré la décision, qui s'applique également à tout officier non-Denver déployé dans les manifestations.

Les agents chimiques ou les irritants ne peuvent être utilisés qu'après qu'un ordre de dispersion a été émis et que les officiers ont laissé suffisamment de temps et d'espace aux manifestants pour partir en toute sécurité, selon le communiqué.

Tyrone Campbell, un porte-parole de la police de Denver, a déclaré que la force se conformerait à l’ordonnance du juge.

Milo Schwab, avocat de quatre des plaignants, a déclaré à Reuters que la décision était "une humble victoire".

"Cela garantira que les personnes qui manifestent contre la violence policière ne seront pas soumises à la violence policière", a-t-il déclaré. «Les manifestants à Denver sont désormais plus à l'abri de la violence policière que partout ailleurs dans le pays.»

Reportage de Keith Coffman à Denver; Rédaction et rapports supplémentaires par Rich McKay; Montage par Pravin Char, Mark Potter et Daniel Wallis



– [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *