La lutte contre la pandémie et la guérison de ses dommages économiques dominent les discussions au sommet du G20.


Discussions sur la manière de lutter contre la pandémie de coronavirus et de faire face aux dommages économiques mondiaux qu'elle a causés dominé le sommet du Groupe des 20, qui a débuté samedi et est hébergé virtuellement par l'Arabie saoudite.

Lors de séances privées, les chefs d’État des 19 pays les plus riches du monde et de l’Union européenne ont discuté de la manière d’assurer une distribution équitable des vaccins et un allégement potentiel de la dette des pays pauvres durement touchés par le virus.

«Nous devons travailler pour créer les conditions d'un accès abordable et équitable à ces outils pour tous les peuples», a déclaré le roi Salman d'Arabie saoudite, 84 ans, à propos des vaccins et des traitements lors de son discours d'ouverture. «En même temps, nous devons mieux nous préparer à toute future pandémie.»

La pandémie a atteint de nouveaux niveaux dans le monde et a tué plus de 1,3 million de personnes. La moyenne sur sept jours des nouvelles infections quotidiennes a dépassé 578 000 vendredi, soit le double de ce qu'elle était il y a deux mois. Les grandes économies se sont effondrées au premier semestre, amélioré à la fin de l'été puis retomba dans une nouvelle vague de cas de virus. Les tensions de la catastrophe – des entreprises en faillite et du chômage élevé à l'éducation perturbée et à l'augmentation de la pauvreté dans le monde – apparaissent susceptible de durer, potentiellement pendant des années.

Parlant de New York un jour avant le sommet, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé les dirigeants faire en sorte que les vaccins soient mis à la disposition des populations du monde entier, et pas seulement des pays riches qui ont déjà réservé une grande partie des stocks de vaccins. Il a déclaré que 28 milliards de dollars seraient nécessaires pour atteindre cet objectif, en plus des 10 milliards de dollars déjà investis.

«Ce financement est essentiel pour la fabrication de masse, l'achat et la livraison de nouveaux vaccins et outils Covid-19 dans le monde entier», a déclaré M. Guterres. «Les pays du G20 ont les ressources.»

Le président Trump a brièvement participé au sommet de la salle de situation de la Maison Blanche. Mais il n'a pas été répertorié comme participant à un événement secondaire sur la préparation à une pandémie, au lieu de cela après sa récente routine du week-end consistant à tweeter des affirmations de «fraude» électorale et à se rendre dans son country club de Virginie pour une partie de golf.

Le virus a transformé le sommet annuel, réduisant un événement censé permettre à l’Arabie saoudite d’accueillir les grandes puissances mondiales à un webinaire géant.

Ce changement a privé le prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi et dirigeant de facto du royaume, l’occasion de se mêler à d’autres dirigeants mondiaux, ce qui aurait pu contribuer à raviver sa réputation internationale.

L'Arabie saoudite et le prince Mohammed, 35 ans, ont été sévèrement critiqués pour l'intervention militaire saoudienne au Yémen, l'arrestation de militants pacifiques et le meurtre et le démembrement de l'écrivain dissident saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en 2018.

Les critiques saoudiens ont fait pression sur les membres du G20 pour boycotter le sommet ou utiliser la plateforme pour parler des droits de l'homme. Aucun n'a fait. Les diplomates ont déclaré que la réunion était trop importante pour être manquée, mais qu'ils ont souvent soulevé des problèmes de droits avec les dirigeants saoudiens en privé.



Ben Hubbard – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *