Covid-19 News: Mises à jour en direct – The New York Times


Une dose du vaccin Moderna est introduite dans une seringue à Mountain View, en Californie, vendredi.
Crédit…Jim Wilson / Le New York Times

Le vaccin de Moderna est efficace contre les nouvelles variantes du coronavirus qui ont émergé en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, a annoncé la société lundi. Mais il semble être moins protecteur contre la variante découverte en Afrique du Sud, et la société développe donc une nouvelle forme de vaccin qui pourrait être utilisée comme injection de rappel.

«Nous le faisons aujourd'hui pour être en avance sur la courbe si nous en avons besoin», a déclaré le Dr Tal Zaks, médecin-chef de Moderna, dans une interview. «Je pense que c'est une police d'assurance.»

Il a ajouté: "Je ne sais pas si nous en avons besoin, et j'espère que ce n'est pas le cas."

Moderna a rapporté les résultats d'une étude qui a utilisé des échantillons de sang de huit personnes qui avaient reçu deux doses du vaccin et de deux singes qui avaient également été immunisés.

La variante trouvée en Grande-Bretagne n'a eu aucun effet sur les niveaux d'anticorps neutralisants – le type qui peut désactiver le virus – produits après la vaccination. Mais avec le formulaire de l'Afrique du Sud, il y a eu une réduction de six fois ces niveaux.

Même ainsi, a déclaré la société, ces anticorps «restent au-dessus des niveaux qui devraient être protecteurs».

Moderna a collaboré à l'étude avec le Vaccine Research Center de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui fait partie des National Institutes of Health.

Les résultats n'ont pas encore été publiés ou évalués par des pairs, mais ont été soumis à bioRxiv, qui met en ligne des études préliminaires.

L’action de la société fait partie d’une course pour contrôler un virus qui change de forme qui a déjà provoqué des ravages dans le monde et qui menace désormais de muter d’une manière qui rendra encore plus difficile la lutte.

Les clients font la queue pour commander des plats à emporter dans un restaurant de Salinas, en Californie, le dimanche.
Crédit…Joel Angel Juarez pour le New York Times

Les responsables californiens ont annoncé lundi matin qu'ils levaient les restrictions sévères des coronavirus sur de vastes étendues de l'État, qui abrite des dizaines de millions de personnes. La décision permettrait aux restaurants de ces zones de rouvrir pour les repas en plein air et donnerait aux salons de coiffure et autres entreprises de soins personnels le feu vert pour reprendre des activités limitées.

Cependant, les autorités locales peuvent toujours choisir de maintenir les restrictions en place, en fonction des conditions dans les communautés individuelles.

«Il y a sept semaines, nos hôpitaux et le personnel médical de première ligne ont été poussés à leurs limites», a déclaré le Dr Mark Ghaly, secrétaire d’État à la santé et aux services sociaux, dans un communiqué. «Mais les Californiens ont entendu le message urgent de rester à la maison lorsque cela était possible, et notre poussée après les vacances de décembre n'a pas submergé le système de soins de santé au degré que nous avions craint.

Avec effet immédiat, des responsables de l'État ont déclaré qu'ils mettaient fin aux ordres régionaux de séjour à la maison, qui interdisaient les rassemblements de toute taille et obligeaient les résidents à rester à la maison sauf pour les travaux essentiels. Les ordonnances sont entrées en vigueur lorsque les unités de soins intensifs des hôpitaux de la région devaient devenir dangereusement pleines.

De telles commandes étaient en vigueur pour le sud de la Californie, une immense région englobant Los Angeles, le comté d'Orange et San Diego, ainsi que pour la vallée de San Joaquin et la région de la baie. Les comtés de ces régions reviendront désormais à un système de règles à plusieurs niveaux liée à la prévalence du virus dans chaque comté.

Cette décision est une victoire pour les restaurateurs, qui ont poussé le gouverneur à alléger ce qu'ils ont dit être des règles arbitraires et inutiles.

Mais c’est aussi un signe que l’administration du gouverneur Gavin Newsom a du mal à garder une main ferme sur une réponse à une pandémie qui a été critiquée comme chaotique et fragmentaire, sapant ce qui devrait être une orientation publique forte et claire.

La nouvelle est venue dans la foulée d'un week-end de signaux mitigés de la part de l'État sur sa stratégie pour freiner la propagation effrénée du virus.

Tandis que Nombre global de cas en Californie ont été sur le déclin, hôpitaux du sud de la Californie sont toujours débordés, et les experts s'inquiètent que de nouvelles variantes du virus – y compris celui que les chercheurs ont récemment trouvé dans plus plus de la moitié des échantillons de test collectés à Los Angeles – pourraient menacer les progrès.

Dans la région de la baie, la capacité de l'unité de soins intensifs disponible est passé à 23,4%, selon l'État dimanche – bien au-dessus du seuil de 15% qui a déclenché la commande au domicile pour la région. Pourtant, la région de Sacramento n'a que 11,9% de capacité en unité de soins intensifs et a été autorisée à quitter l'ordre strict il y a plus d'une semaine.

Bien que Le San Francisco Chronicle a rapporté samedi que les responsables de la région avaient bon espoir que l'ordre serait bientôt levé, le département de la santé publique de l'État a déclaré dimanche que la région de la baie n'était pas éligible à un assouplissement des restrictions sur la base de ses projections.

M. Newsom a répété à plusieurs reprises que le processus de réouverture de l’État serait guidé par des données transparentes, mais L'Associated Press a rapporté que l’administration de M. Newsom a refusé de divulguer les données clés que les fonctionnaires utilisent pour prendre des décisions sur les restrictions.

Et même après que le président Biden a dévoilé ce que les experts disent depuis longtemps est une stratégie nationale désespérément nécessaire pour enfin contrôler la pandémie, il y a encore des obstacles majeurs dans le déploiement du vaccin, qui en Californie a contribué au chaos continu, dans lequel les règles d'éligibilité aux vaccins ont été mises en œuvre différemment comté par comté.

L'État a tranquillement déployé une promesse site web de clearinghouse pour aider les gens à trouver des rendez-vous de vaccination. Mais il est toujours décrit comme un site pilote.

Le gouverneur fait face à une pression politique croissante d'un effort de rappel. Les experts ont déclaré que le déploiement du vaccin, ainsi que les efforts de réouverture, sont des tests clés pour son administration.

Crédit…Tom Mihalek / Agence France-Presse – Getty Images

Merck a annoncé lundi qu'elle abandonnait une paire de vaccins Covid-19 dans les essais cliniques.

La nouvelle est venue comme une déception à un moment où les États-Unis et d'autres pays ont du mal à accélérer leurs campagnes de vaccination lentes et de nouvelles variantes de coronavirus menacent de provoquer des poussées au cours des prochains mois.

Les deux projets sont les deuxième et troisième vaccins à être abandonnés dans les essais cliniques. L'Université du Queensland en Australie abandonné son propre effort en décembre. Sanofi et d'autres fabricants de vaccins ont suspendu certains projets après avoir obtenu des résultats initiaux décevants, mais se regroupent maintenant pour aller de l'avant.

Merck a été plus lent que les autres entreprises à se lancer dans la course au vaccin Covid-19. En juin, elle a acquis la société autrichienne Themis Bioscience pour développer un vaccin initialement conçu à l'Institut Pasteur, basé sur un virus de la rougeole affaibli. Les chercheurs ont commencé un essai de phase 1 en août. Dans un deuxième effort, Merck s'est associé à IAVI, une organisation scientifique à but non lucratif qui développe des vaccins et des traitements, sur un autre vaccin. Pour celui-ci, ils ont utilisé le même design qu'ils ont utilisé avec succès pour fabriquer un vaccin contre Ebola.

Merck et IAVI ont reçu 38 millions de dollars pour leurs recherches sur les vaccins, mais aucun des projets de Merck n’a obtenu le soutien somptueux que l’opération Warp Speed ​​a apporté à d’autres efforts de sociétés telles que Moderna et Johnson & Johnson. Dans son annonce, Merck a déclaré que les deux vaccins semblaient sûrs dans les premiers essais cliniques. Mais ni l'un ni l'autre n'a produit une forte réponse du système immunitaire. Ils ont décidé qu'il ne valait pas la peine d'aller de l'avant avec des essais à grande échelle qui démontreraient si les vaccins protégeaient les personnes de Covid-19.

«Nous sommes reconnaissants à nos collaborateurs qui ont travaillé avec nous sur ces vaccins candidats et aux volontaires participant aux essais», a déclaré le Dr Dean Y. Li, président de Merck Research Laboratories, dans un communiqué.

Merck concentrera plutôt ses efforts sur Covid-19 sur un médicament antiviral expérimental appelé molnupiravir. Conçu à l'origine pour la grippe, il a montré des effets prometteurs dans les études sur les animaux et dans les premiers essais cliniques. L'essai devrait se terminer en mai, bien que les résultats préliminaires puissent être publiés dès mars.

IAVI a déclaré qu'il continuerait à rechercher les vaccins Covid-19. «Nos scientifiques continueront d'évaluer d'autres candidats pour voir si d'autres voies d'administration ou des modifications de la construction pourraient conduire à une meilleure réponse immunitaire», a déclaré Karie Youngdahl, directrice principale et chef des communications mondiales chez IAVI.

Un travailleur de la santé s'occupant d'un patient dans un service temporaire mis en place lors de l'épidémie de coronavirus à l'hôpital universitaire Steve Biko de Pretoria, en Afrique du Sud, la semaine dernière.
Crédit…Photo de la piscine par Phill Magakoe

Le président Biden interdira les voyages de non-citoyens aux États-Unis depuis l'Afrique du Sud en raison de l'inquiétude concernant la propagation d'une variante de coronavirus dans ce pays, et étendra les interdictions similaires imposées par son prédécesseur sur les voyages en provenance du Brésil, d'Europe et du Royaume-Uni, a déclaré son attaché de presse. Lundi.

Cette décision intervient alors que les responsables de la nouvelle administration Biden tentent de mettre la main sur une pandémie en évolution rapide, avec les responsables de la santé publique se précipitent pour vacciner le public – et pour élargir l'offre de vaccins – à mesure que des variantes plus contagieuses du coronavirus se propagent.

Le Dr Anthony S. Fauci, le principal spécialiste des maladies infectieuses du gouvernement, a déclaré à la Maison Blanche la semaine dernière que «nous suivons de très près» la variante du virus en Afrique du Sud car elle semble être plus hautement contagieuse. Lundi, Moderna a déclaré que son vaccin était efficace contre les nouvelles variantes du coronavirus qui ont émergé en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud. Mais la réponse immunitaire est légèrement plus faible contre la variante découverte en Afrique du Sud, et la société développe donc une nouvelle forme de vaccin qui pourrait être utilisée comme injection de rappel contre ce virus.

Et le Dr Rochelle Walensky, la nouvelle directrice des Centers for Disease Control and Prevention, a offert une évaluation directe de la campagne de vaccination dimanche, prédisant que l'offre n'augmenterait pas avant la fin mars. Les responsables fédéraux de la santé et les dirigeants d'entreprise conviennent qu'il sera impossible d'augmenter l'approvisionnement immédiat en vaccins avant avril en raison du manque de capacité de fabrication. Un troisième fabricant de vaccins, Johnson & Johnson, devrait rendre compte des résultats de son essai clinique bientôt.; s'il est approuvé, ce vaccin aiderait également à soutenir la production.

«Je ne peux pas vous dire combien de vaccins nous avons, et si je ne peux pas vous le dire, je ne peux pas le dire aux gouverneurs et je ne peux pas le dire aux responsables de la santé de l’État», a-t-elle déclaré.Fox News Sunday. »

L’interdiction de voyager de M. Biden est une proclamation présidentielle et non un décret; En règle générale, les proclamations régissent les actes des particuliers, tandis que les décrets exécutifs sont des directives aux organismes fédéraux. Il entrera en vigueur samedi et s'appliquera aux citoyens non américains qui ont passé du temps en Afrique du Sud au cours des 14 derniers jours. La nouvelle politique, qui a été précédemment rapportée par Reuters, n'affectera pas les citoyens américains ou les résidents permanents, ont déclaré des responsables.

Lors de sa dernière journée complète au pouvoir, M. Trump a tenté d'éliminer l'interdiction de voyager liée à Covid-19 au Royaume-Uni, en Irlande, dans 26 pays d'Europe et au Brésil, affirmant que cela n'était plus nécessaire. Jen Psaki, maintenant attachée de presse à la Maison Blanche, a déclaré à l'époque que mettre fin à l'interdiction n'était pas la bonne chose à faire; lundi, elle a annoncé lors de son briefing régulier qu'il resterait intact.

"Avec l'aggravation de la pandémie et la propagation de variantes plus contagieuses, ce n'est pas le moment de lever les restrictions sur les voyages internationaux", a-t-elle déclaré.

Mme Psaki a également déclaré que l'administration Biden avait l'intention de tenir des séances d'information régulières sur la santé publique trois fois par semaine, à compter de ce mercredi. Elle a déclaré que M. Biden serait «régulièrement informé» de la pandémie, ajoutant: «Je soupçonne beaucoup plus régulièrement que l'ancien président.»

Les variantes du coronavirus qui se propagent actuellement en Afrique du Sud et au Brésil n'ont pas encore atteint les États-Unis. Mais lundi, les responsables de la santé ont annoncé qu'un cas de la variante trouvée en Afrique du Sud avait été enregistré en Nouvelle-Zélande chez un voyageur de retour qui avait été libéré de la quarantaine de l'hôtel après avoir été testé à deux reprises négatif. Plus de deux douzaines de pays ont maintenant signalé des cas de la variante.

En plus des interdictions de voyager, M. Biden a émis un ordre exécutif la semaine dernière, exigeant que tous les voyageurs internationaux présentent des tests de coronavirus négatifs avant de partir pour les États-Unis. Le déménagement a prolongé un CDC. exigence pour les tests publiés par l'administration Trump mais qui expireront mardi.

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré dimanche que le C.D.C. n'émettra pas de dérogation à cette politique comme certaines compagnies aériennes l'avaient demandé.

Vidéo

transcription

transcription

UE. Recommande des restrictions de voyage pour limiter les cas de virus

La Commission européenne a proposé lundi de restreindre les voyages non essentiels pour ralentir la propagation des nouvelles variantes plus contagieuses du coronavirus.

Les nouvelles variantes plus transmissibles du virus ont fait surface. Il existe actuellement un nombre très élevé de nouvelles infections dans de nombreux États membres, et il est urgent de réduire le risque d'infections liées aux voyages afin d'alléger le fardeau des systèmes de santé surchargés. Premièrement, la commission propose que tous les déplacements non essentiels à destination et en provenance des zones à haut risque soient fortement déconseillés. Dans ce contexte, nous invitons également les États membres à assurer la cohérence entre les mesures qu'ils prennent en matière de voyages transfrontaliers et de déplacements sur leur territoire. Nous proposons des mesures plus strictes pour les zones rouge foncé car nous devons reconnaître le niveau élevé de cas. C'est pourquoi les États membres devraient exiger que les personnes venant de ces régions fassent un test avant l'arrivée et une mise en quarantaine après l'arrivée si nécessaire.

Chargement du lecteur vidéo
La Commission européenne a proposé lundi de restreindre les voyages non essentiels pour ralentir la propagation des nouvelles variantes plus contagieuses du coronavirus.CréditCrédit…Yoan Valat / EPA, via Shutterstock

La Commission européenne, le bras exécutif de l'Union européenne, a recommandé lundi de restreindre les voyages non essentiels dans le but de freiner la propagation de nouvelles variantes plus contagieuses du coronavirus.

Dans le même temps, la proposition de la commission vise à empêcher la fermeture généralisée des frontières, qui entraverait le commerce et la circulation des travailleurs transfrontaliers. Voyager sans restrictions serait encore possible pour des raisons familiales, professionnelles et de santé jugées essentielles.

«La situation en Europe avec les nouvelles variantes nous a conduit à prendre des décisions difficiles mais nécessaires», Ursula von der Leyen, présidente de la commission, écrit sur Twitter. «Nous devons rester en sécurité et décourager les voyages non essentiels.»

Lundi également, Moderna a annoncé que si son vaccin est efficace contre les nouvelles variantes, il semble être moins protecteur contre celui qui a émergé en Afrique du Sud, ce qui soulève de nouvelles inquiétudes.

L'attaché de presse du président Biden a déclaré lundi qu'il interdirait les voyages de non-citoyens aux États-Unis depuis l'Afrique du Sud en raison de l'inquiétude concernant la propagation d'une variante de coronavirus dans ce pays, et qu'il étendrait les interdictions similaires imposées par son prédécesseur sur les voyages en provenance du Brésil, d'Europe et des États-Unis. Royaume.

En Grande-Bretagne, le Premier ministre Boris Johnson devait annoncer une prolongation et un resserrement des règles de verrouillage en Angleterre cette semaine dans un contexte d'inquiétude croissante.

Dans l'UE plan, les pays et les régions où le taux d'infection sur 14 jours est supérieur à 500 pour 100 000 habitants seraient qualifiés de zones «rouge foncé» ou à haut risque, et les déplacements entre eux devraient être limités à des raisons essentielles, a déclaré la commission. Dans le même temps, ceux qui viennent de l'extérieur du bloc, même pour des raisons essentielles, devraient subir des tests et des quarantaines. «La première recommandation est: ne voyagez pas», a déclaré Ylva Johansson, commissaire aux affaires intérieures du bloc.

La proposition de la commission n’est pas contraignante et doit être approuvée par les gouvernements nationaux, qui en discuteront lundi après-midi. Cela fait suite à la réunion de la semaine dernière des dirigeants de 27 pays de l’Union européenne, qui ont accepté en principe de restreindre de manière sélective les voyages non essentiels, mais n’ont pas décidé des détails.

«Il existe actuellement un nombre très élevé de nouvelles infections dans de nombreux États membres», a déclaré Didier Reynders, commissaire à la justice du bloc. «Il est urgent de réduire le risque d’infections liées aux voyages, d’alléger le fardeau des systèmes de santé surchargés.»

La liberté de mouvement est la pierre angulaire du bloc, mais les restrictions de voyage restent du ressort des gouvernements nationaux et varient d'un pays à l'autre, créant un patchwork chaotique de mesures. La Belgique, par exemple, a annoncé une interdiction des voyages non essentiels entrant en vigueur ce mercredi, avec des amendes pour ceux qui ne se conforment pas.

Francisca Alves Xavier, 102 ans, a reçu le vaccin Sinovac dans le cadre d'un programme prioritaire pour les personnes âgées la semaine dernière à Brasilia. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2021/01 /25/us/25virus-briefing-china-backlash/merlin_182709111_0c9bdbc2-762a-40a1-afde-a15f02b1a8ed-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscaleny "srcset =" https://static=upscaleny "srcset = "1.static.com/images 2021/01/25 / us / 25virus-briefing-china-backlash / merlin_182709111_0c9bdbc2-762a-40a1-afde-a15f02b1a8ed-articleLarge.jpg? Quality = 90 & auto = webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2021 /01/25/us/25virus-briefing-china-backlash/merlin_182709111_0c9bdbc2-762a-40a1-afde-a15f02b1a8ed-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w, https: //static01.nyt.com/images/2021 01/25 / us / 25virus-briefing-china-backlash / merlin_182709111_0c9bdbc2-762a-40a1-afde-a15f02b1a8ed-superJumbo.jpg? Quality = 90 & auto = webp 2048w "tailles =" ((largeur min: 600px) et (max- largeur: 1004px)) 84vw, (largeur min: 1005px) 80vw, 100vw "decoding =" asynchrone
Crédit…Eraldo Peres / Associated Press

Les vaccins contre le coronavirus de la Chine étaient censés offrir une victoire géopolitique qui mettait en valeur les prouesses scientifiques du pays et la générosité. Au lieu de cela, à certains endroits, ils sont partis un contrecoup.

Les responsables brésiliens et turcs se sont plaints du fait que les entreprises chinoises ont tardé à expédier les doses et les ingrédients. Les divulgations sur les vaccins chinois ont été irrégulières. Les quelques annonces qui ont été diffusées suggèrent que les vaccins chinois, bien que considérés comme efficaces, ne peuvent pas arrêter le virus ainsi que ceux développés par Pfizer et Moderna, les fabricants de médicaments américains.

Aux Philippines, certains législateurs ont critiqué la décision du gouvernement d’acheter un vaccin fabriqué par une société chinoise appelée Sinovac. Des responsables en Malaisie et à Singapour, qui ont ordonné doses de Sinovac, ont dû rassurer leurs citoyens sur le fait qu'ils n'approuveraient un vaccin que s'il s'est avéré sûr et efficace.

Au moins 24 pays, pour la plupart à revenu faible ou intermédiaire, ont signé des accords avec les sociétés de vaccins chinoises, car elles offraient un accès à un moment où les pays plus riches avaient réclamé la plupart des doses de Pfizer et Moderna. Mais les retards dans l'obtention des vaccins chinois et le fait que les vaccins sont moins efficaces signifient que ces pays peuvent prendre plus de temps pour vaincre le virus.

Les responsables de Pékin, qui espéraient que les vaccins amélioreraient la réputation mondiale de la Chine, sont désormais sur la défensive. Les médias d’information d’État ont lancé une campagne de désinformation contre les vaccins américains et font la promotion des vaccins chinois comme une meilleure alternative. Ils ont également distribué des vidéos en ligne qui ont été partagées par le mouvement anti-vaccin aux Etats-Unis.

Les vaccins visent également à prouver que la Chine est devenue une puissance scientifique et diplomatique. Il reste à égalité avec les États-Unis dans le nombre de vaccins approuvés pour une utilisation d'urgence ou dans les essais de stade avancé. Sinopharm, un fabricant de vaccins appartenant à l'État, et Sinovac ont déclaré qu'ils pouvaient produire jusqu'à deux milliards de doses combinées cette année, ce qui les rend essentiels à la lutte mondiale contre le coronavirus.

Contrairement aux vaccins Pfizer et Moderna, leurs doses peuvent être conservées à des températures réfrigérées et sont plus facilement transportées, ce qui les rend attrayantes pour les pays en développement.

La campagne chinoise a cependant été semée de doutes. UNE Enquête YouGov ce mois-ci auprès d'environ 19000 personnes dans 17 pays et régions ont montré que la plupart se méfiaient d'un vaccin Covid-19 fabriqué en Chine. La campagne de désinformation autour des vaccins occidentaux pourrait saper davantage son image.

Un site de vaccination de masse contre le coronavirus devait être lancé cette semaine au Citi Field dans le Queens. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/nyregion/25virus -briefing-nyvaccine1 / merlin_170962485_adf51a23-6146-49b2-99a9-815739d599f9-articleLarge.jpg? quality = 75 & auto = webp & disable = upscale "srcset =" https://static01.nyt.com//2021/01/25/nyregion 25virus-briefing-nyvaccine1 / merlin_170962485_adf51a23-6146-49b2-99a9-815739d599f9-articleLarge.jpg? Quality = 90 & auto = webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2021/01/25/nyregion/25virus-briefing -nyvaccine1 / merlin_170962485_adf51a23-6146-49b2-99a9-815739d599f9-jumbo.jpg? quality = 90 & auto = webp 1024w, https: //static01.nyt.com/images/2021/01/25/nyregion/25virus-briefing-nyvaccine1/ merlin_170962485_adf51a23-6146-49b2-99a9-815739d599f9-superJumbo.jpg? quality = 90 & auto = webp 2048w "tailles =" ((largeur-min: 600px) et (largeur-max: 1004px)) 84vw, (largeur-min: 1005px) 80vw, 100vw "decoding =" asynchrone
Crédit…Ryan Christopher Jones pour le New York Times

Le maire Bill de Blasio de New York a annoncé lundi que les ouvertures de sites de vaccination de masse prévus contre le coronavirus à Stade Yankee et Citi Field serait reporté en raison du faible approvisionnement en doses disponibles.

"Nous voulons que ces opérations soient à part entière, 24 heures sur 24", a déclaré M. de Blasio lors d'une conférence de presse, "mais nous n'avons pas le vaccin."

Le site de Citi Field devait être lancé cette semaine, tandis que les plans de celui du Bronx étaient toujours en cours d'élaboration. Un autre site d'Empire Outlets sur Staten Island devait initialement ouvrir la semaine dernière, mais serait également reporté, a déclaré le maire.

La ville avait un total de 19032 premières doses en inventaire lundi matin, a déclaré M. de Blasio, et s'attend à recevoir un peu moins de 108000 doses. cette semaine. Mais il a continué d'avertir que ce chiffre n'était pas suffisant pour suivre le rythme auquel les New-Yorkais sont inoculés: si l'offre était plus importante, le maire a déclaré que la ville de New York serait sur le point d'administrer environ 500000 doses par semaine.

Au lieu de cela, il a déclaré que de nombreux rendez-vous d'inoculation continueraient d'être annulés ou reportés comme ils l'étaient la semaine dernière.

Certains experts en santé publique craignent que l'offre limitée ne sape les objectifs des autorités de l'État et de la ville de donner la priorité aux communautés durement touchées par le virus – les Noirs et les Latinos et les New-Yorkais à faible revenu – dans le déploiement du vaccin.

L'État n'a pas publié d'informations démographiques sur la distribution, mais M. de Blasio a déclaré lundi que les données viendraient «cette semaine», ajoutant que «cela fait partie de la volonté d'agir pour remédier aux disparités qui ont imprégné l'expérience Covid. "

Le maire la semaine dernière aussi envoyé une lettre au président Biden demandant plus de doses, ainsi que la «flexibilité» d'utiliser des secondes doses pour accélérer le rythme des vaccinations. Il n'a pas discuté des progrès spécifiques réalisés lundi, mais a semblé espérer qu'une mise à jour pourrait venir bientôt.

«Ce qui est si clair maintenant, c'est l'engagement de l'administration Biden», a déclaré M. de Blasio, «à trouver tous les moyens imaginables pour nous obtenir plus rapidement de vaccins. Nous attendons dans le courant de cette semaine des informations plus détaillées. »

Mais les responsables fédéraux de la santé et les dirigeants d'entreprise conviennent que l'offre immédiate est peu susceptible d'augmenter avant avril en raison de contraintes de fabrication. Les responsables de la santé publique attendent également les résultats des essais cliniques pour le vaccin en cours de développement par Johnson & Johnson, dont les responsables de la ville ont déclaré lundi qu'ils espéraient augmenter également les niveaux d'approvisionnement.

Encore, l'effort de vaccination actuel a jusqu'à présent semé la confusion et la frustration dans tout le pays d'autres États sont également confrontés à des pénuries.

Et en tant que petites entreprises à travers la ville de New York continuer à s'effondrer pendant la pandémie, M. de Blasio a déclaré que la semaine annuelle des restaurants de la ville avait commencé lundi en mettant l’accent sur les options de plats à emporter et de livraison.

«Il y a beaucoup de choses que nous devons continuer à faire pour aider notre entreprise dans l'intervalle», a-t-il dit, «alors qu'ils travaillent pour survivre.»

Meghan Hayes, enseignante à la John Hay Community Academy, enseigne à sa classe devant le domicile du président du conseil scolaire au début du mois. "class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-chicago-teachers1/25virus-briefing-chicago-teachers1-articleLarge.jpg ? quality = 75 & auto = webp & disable = upscale "srcset =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-chicago-teachers1/25virus-briefing-chicago-teachers1-articleLarge. jpg? quality = 90 & auto = webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-chicago-teachers1/25virus-briefing-chicago-teachers1-jumbo.jpg? quality = 90 & auto = webp 1024w, https: //static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-chicago-teachers1/25virus-briefing-chicago-teachers1-superJumbo.jpg? Quality = 90 & auto = webp 2048w "tailles =" ((largeur min .: 600px) et (largeur max .: 1004px)) 84vw, (largeur min .: 1005px) 80vw, 100vw "decoding =" asynchrone
Crédit…Pat Nabong / Chicago Sun-Times, via Associated Press

Alors qu'environ 70000 élèves de la maternelle à la huitième année devraient retourner dans les salles de classe des écoles publiques de Chicago la semaine prochaine, le district et le syndicat des enseignants restent enfermés dans une bataille sur le plan de réouverture, le syndicat affirmant qu'une majorité de ses membres ont voté en faveur de l'autorisation. une grève si le district cherche à forcer les enseignants à rentrer dans les bâtiments.

Tout le personnel travaillant de la maternelle à la huitième année était à l’origine censé se présenter aux bâtiments lundi pour préparer le retour des élèves la semaine prochaine. Mais à la fin de la semaine dernière, le syndicat a demandé à ses membres de voter sur une résolution les appelant à refuser de se présenter en personne et à autoriser une grève si le district les bloquait hors de ses systèmes électroniques.

Au cours du week-end, les deux parties se sont battues pour obtenir un effet de levier. Le district a envoyé un message aux familles et au personnel disant qu'il avait accepté une demande du syndicat de reporter la date de retour du personnel à mercredi. Peu de temps après, le syndicat a envoyé son propre message niant qu'il y avait eu un accord et disant que ses membres avaient voté pour continuer à travailler à distance indéfiniment.

Le district a déclaré que le syndicat faisait plusieurs demandes avec lesquelles il n'était pas d'accord, notamment le report de la réouverture jusqu'à ce que tous les membres du personnel aient pu recevoir au moins une dose du vaccin ou jusqu'à ce que le taux de positivité dans la ville tombe en dessous de 3 pour cent. Au cours de la semaine dernière, le taux de positivité à l'échelle de la ville a été de 7,2%. Le district a annoncé qu'il commencerait à vacciner les enseignants à la mi-février et qu'il espérait vacciner tous les employés dans les mois à venir.

Selon le district, le syndicat demandait également des tests de surveillance hebdomadaires du personnel ainsi que des tests réguliers des étudiants dans les parties de la ville où les taux de positivité étaient élevés. Actuellement, le district prévoit de tester jusqu'à un quart du personnel chaque semaine et ne prévoit pas de faire des tests de surveillance des élèves.

Les élèves de la prématernelle et certains élèves de l’éducation spéciale sont retournés dans les bâtiments scolaires le 11 janvier, lors de la première vague de réouverture du district. Le district a déclaré vendredi qu'environ 60% des 5 352 étudiants attendus en personne l'ont effectivement fait la première semaine. Dans l'ensemble, environ un tiers des familles du district qui ont eu la possibilité de faire revenir leurs élèves en personne se sont inscrites pour le faire.

Chicago n'est pas le seul district où l'opposition des syndicats d'enseignants menace de rouvrir les plans: au cours du week-end, les plans de réouverture des écoles à Montclair, dans le New Jersey, ont été reportés indéfiniment après que le directeur a déclaré qu'il n'avait pas assez d'enseignants pour doter correctement les écoles.

La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, s'exprimant lundi au siège de la Commission européenne à Bruxelles. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/ 25virus-briefing-astazeneca-eu1 / merlin_182816763_bd5a81f5-651b-4a94-871f-2e005e3ccea6-articleLarge.jpg? Quality = 75 & auto = webp & disable = upscale "srcset =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/ /world/25virus-briefing-astazeneca-eu1/merlin_182816763_bd5a81f5-651b-4a94-871f-2e005e3ccea6-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2021/25 world / 25virus-briefing-astazeneca-eu1 / merlin_182816763_bd5a81f5-651b-4a94-871f-2e005e3ccea6-jumbo.jpg? quality = 90 & auto = webp 1024w, https: //static01.nyt.com/images/2021/01/25/world /25virus-briefing-astazeneca-eu1/merlin_182816763_bd5a81f5-651b-4a94-871f-2e005e3ccea6-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w "tailles =" ((largeur min: 600px) et (largeur max.) 84vw, (largeur min: 1005px) 60vw, 100vw "decoding =" asynchrone
Crédit…Photo de la piscine par John Thys

L'Union européenne a intensifié une guerre des mots avec AstraZeneca lundi à la suite de la soudaine annonce vendredi qu'il devrait réduire drastiquement le nombre de doses de vaccin délivrées au bloc et à ses 27 membres.

La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, a déclaré qu’un appel avec la direction de l’entreprise lundi n’avait pas donné de réponses suffisantes quant aux raisons pour lesquelles l’entreprise violait son obligation contractuelle et a déclaré qu’un autre appel serait organisé lundi soir.

Un porte-parole d'AstraZeneca a déclaré: «Notre C.E.O. Pascal Soriot a eu le plaisir de s'entretenir avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, plus tôt dans la journée. Il a souligné l'importance de travailler en partenariat et la manière dont AstraZeneca fait tout ce qui est en son pouvoir pour apporter son vaccin à des millions d'Européens dès que possible. »

La débâcle d'AstraZeneca porte un coup dur au déploiement lent de la vaccination du bloc, et survient quelques jours après Pfizer notifié E.U. membres et plusieurs autres pays qu'elle ralentirait les livraisons jusqu'à mi-février en modernisant son usine belge pour augmenter sa production.

Les deux déceptions ont laissé plusieurs E.U. pays paralysés et ont contrecarré l’effort collectif du bloc pour vacciner 70 pour cent de sa population d’ici cet été, alors que la Grande-Bretagne et les États-Unis progressent mieux dans leurs programmes de vaccination.

«L'Union européenne a préfinancé le développement du vaccin et sa production, et veut voir le retour», a déclaré Mme Kyriakides, laissant entendre que l'UE. craignait que l'entreprise n'ait vendu les vaccins le bloc avait financé vers d'autres pays.

«L'Union européenne veut savoir exactement quelles doses ont été produites, où AstraZeneca jusqu'à présent et si, ou à qui, elles ont été délivrées», a-t-elle ajouté.

Mme Kyriakides a également déclaré que la Commission européenne, la branche exécutive de l'UE, proposait à ses membres d'approuver un système dans lequel des sociétés pharmaceutiques comme AstraZeneca qui produisent des vaccins dans des usines de l'UE. territoire devrait enregistrer toute intention d'exporter une partie de cette production hors du bloc.

Le Dr Anthony S. Fauci avec le président Donald Trump lors d'un briefing sur le coronavirus à la Maison Blanche en avril. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2021/01/24/us/ politique / 24virus-briefing-fauci-qna1 / 24virus-briefing-fauci-qna1-articleLarge-v2.jpg? quality = 75 & auto = webp & disable = upscale "srcset =" https://static01.nyt.com/images/2021/01 /24/us/politics/24virus-briefing-fauci-qna1/24virus-briefing-fauci-qna1-articleLarge-v2.jpg?quality=90&auto=webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2021/ 01/24/us/politics/24virus-briefing-fauci-qna1/24virus-briefing-fauci-qna1-jumbo-v2.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021 /01/24/us/politics/24virus-briefing-fauci-qna1/24virus-briefing-fauci-qna1-superJumbo-v2.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 80vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Doug Mills/The New York Times

Conseiller de sept présidents et principal spécialiste des maladies infectieuses du pays depuis des décennies, le Dr Anthony S. Fauci a traversé de nombreuses crises.

Mais en 2020, en tant que l'un des visages les plus familiers et les plus fiables de la communauté nationale de la santé publique, le Dr Fauci, 80 ans, a connu une année pas comme les autres lorsque la pandémie de coronavirus s'est déroulée dans les derniers mois de l'administration Trump au milieu d'une élection extrêmement controversée. saison.

Au cours d'une conversation d'une heure avec le New York Times au cours du week-end, le Dr Fauci a décrit certaines des difficultés et les conséquences de la collaboration avec le président Donald J. Trump.

The Chicago Teachers Union said on Sunday that its members had voted to defy an order to return to the classroom before they were vaccinated against the coronavirus." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-biden-schools/25virus-briefing-biden-schools-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-biden-schools/25virus-briefing-biden-schools-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-biden-schools/25virus-briefing-biden-schools-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/us/25virus-briefing-biden-schools/25virus-briefing-biden-schools-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 80vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Anthony Vazquez/Chicago Sun-Times, via Associated Press

In his first 48 hours in office, President Biden sought to project an optimistic message about returning the nation’s many homebound students to classrooms. “We can teach our children in safe schools,” he vowed in his inaugural address.

The following day, Mr. Biden signed an executive order promising to throw the strength of the federal government behind an effort to “reopen school doors as quickly as possible.”

But with about half of American students still learning virtually as the pandemic nears its first anniversary, the president’s push is far from certain to succeed. His plan is rolling out just as local battles over reopening have, if anything, become more pitched in recent weeks.

Teachers are uncertain about when they will be vaccinated. With alarming case counts across the country and new variants of the coronavirus emerging, unions are fighting efforts to return their members to crowded hallways.

The Chicago Teachers Union told members to defy orders to return to the classroom on Monday and to begin working remotely. The teachers say the district has not done enough to keep students and teachers safe during the pandemic. Students are supposed to come back to classrooms on Feb. 1.

Given the seemingly intractable health and labor challenges, some district officials have begun to say out loud what was previously unthinkable: that schools may not be operating normally for the 2021-22 school year. And some labor leaders are seeking to tamp down the expectations Mr. Biden’s words have raised.

“We don’t know whether a vaccine stops transmissibility,” said Randi Weingarten, president of the American Federation of Teachers, the nation’s second-largest teachers union.

Some virus experts, however, have said there is reason to be optimistic on this question.

Ms. Weingarten said a key to returning teachers to classrooms in the coming months would be promises to allow those with health conditions, or whose family members have compromised immune systems, to continue to work remotely; the collection of centralized data on the number of coronavirus cases in specific schools; and assurances from districts that they would shut down schools when cases occur.

Fights over those very demands have slowed and complicated reopenings across the country.

Mr. Biden’s executive order directs federal agencies to create national school reopening guidelines, to support virus contact tracing in schools and to collect data measuring the impact of the pandemic on students. The White House is also pushing a stimulus package that would provide $130 billion to schools for costs such as virus testing, upgrading ventilation systems and hiring staff members.

Recherche has pointed to the potential to operate schools safely before teachers and students are vaccinated, as long as practices like mask wearing are adhered to, and especially when community transmission and hospitalization rates are controlled.

GLOBAL ROUNDUP

A man crossed a street under lockdown in the neighborhood surrounding Renji Hospital in Shanghai on Sunday." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-china1/25virus-briefing-china1-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-china1/25virus-briefing-china1-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-china1/25virus-briefing-china1-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-china1/25virus-briefing-china1-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 80vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Alex Plavevski/EPA, via Shutterstock

An official in the northeastern Chinese city of Tonghua, where residents are barred from leaving their homes amid a strict lockdown, apologized to residents who said they had not been receiving enough food.

Tonghua, an industrial city of about two million people in Jilin Province, went into lockdown on Jan. 20 after the number of recent cases grew to nearly 100. Since then the local outbreak has been largely brought under control, with just two new symptomatic cases reported on Saturday.

As China observes the one-year anniversary of the lockdown in Wuhan, the central city where the virus was first discovered, other parts of the country are confronting smaller outbreaks. The government has responded with mass testing and citywide lockdowns that at one point affected more than 28 million people, almost three times the size of the population that was initially locked down in Wuhan.

On Monday, China reported 124 new cases in the previous 24 hours, including 117 local cases and seven among travelers in quarantine after returning from overseas. That is an increase from 80 cases reported a day earlier, though still vastly lower than other large countries. Mainland China, which has a population of 1.4 billion people, has recorded a total of about 100,000 coronavirus cases and 4,635 deaths, according to a New York Times database.

In Tonghua, the tough restrictions on movement have led to widespread complaints, with residents taking to social media to vent and seek help. Jiang Haiyan, a deputy mayor, acknowledged the problems on Sunday, saying that a lack of personnel had hindered the distribution of supplies.

“At present, there are problems of untimely and inadequate distribution of household materials for citizens, which has caused great inconvenience to everyone’s lives,” Ms. Jiang said.

The city’s Communist Party committee and local government “express their sincere apologies to everyone,” she added.

The city had since recruited a large number of community workers and volunteers to ensure adequate supply distribution, Ms. Jiang said.

But on the social media accounts for The People’s Daily, the Communist Party’s main newspaper, some people continued to express dissatisfaction with the situation.

“Before the residents weren’t treated humanely, they didn’t tell us anything and in one night went from house to house sealing everything up,” read one popular reply. “Now grass-roots officials and volunteers are treated inhumanely, and in one night all the food must be distributed door to door.”

Salman Masood et Lin Qiqing contribution aux rapports.

In other developments around the world:

  • Australie on Monday approved the Pfizer-BioNTech coronavirus vaccine for use among people 16 and older, the country’s first vaccine approval. Vaccinations are expected to start late next month. The announcement came one year to the day after Australia reported its first coronavirus case.

  • Pakistan is likely to approve the Russian Sputnik V coronavirus vaccine for emergency use, officials said. It would be the third to get such approval, joining Oxford University’s AstraZeneca and the Chinese SinoPharm vaccines. Pakistan, which has an approximate population of 212 million, has yet to start its rollout. Dr. Faisal Sultan, the de facto health minister, said last week that one million dosages would be distributed in the first three months of 2021. Trials of the Chinese CanSino vaccine are currently being conducted in the country, and the results are expected in the first week of February, officials said.

  • The pandemic has inflicted the greatest labor crisis since the Great Depression, Guy Ryder, the head of the United Nations International Labour Organization, said on Monday. Mr. Ryder said the coronavirus has caused a loss of working hours equivalent to some 255 million jobs last year. There is still massive uncertainty about when the global economy will return to pre-pandemic levels of employment, but it won’t be in 2021, the agency said. Its analysis also pointed to the unevenness of the pandemic’s impact, with growth in the finance and I.T. sectors, underscoring the need for a targeted response to the crisis.

  • After delays, Turkey received 6.5 million more doses of a Chinese-produced coronavirus vaccine Monday morning, the state-run news agency, Anadolu, reported. Turkey was expecting to receive at least 10 million doses of the vaccine in December, and 20 million more in January. But the batches were delayed and the number of doses remained below expectations, an apparent blow to China’s vaccine diplomacy. Turkey has given more than 1.2 million inoculations, according to Health Ministry data, using the CoronaVac shot from the Chinese company Sinovac. Almost 2.5 million people in Turkey are infected with the coronavirus and more than 25,000 people have died, government data shows.

  • Officials in Nouvelle-Zélande confirmed on Monday a case of the South African variant of the coronavirus in a returned traveler a week after she left hotel quarantine. Officials have said the 56-year-old, who had tested negative twice before being allowed to return home, was probably infected by a fellow returned traveler while in quarantine. People who were at the same hotel have been urged to self-isolate immediately. It is the first case New Zealand has recorded outside quarantine since November. The government in Australia responded on Monday by suspending its travel bubble with New Zealand for at least 72 hours, saying all travelers from the country must quarantine on arrival.

  • le presidential election in le Portugal on Sunday was marked by record-low voter turnout amid a nationwide lockdown and the country’s highest one-day death toll from the coronavirus. Turnout was about 39 percent, according to the preliminary results, despite an easing of restrictions on movement and an increase in the number of polling stations. In the last presidential election in 2016, turnout was more than 48 percent. On Sunday, officials reported a record 275 coronavirus deaths, one day after reporting 15,333 cases, also a single-day record. Marcelo Rebelo de Sousa, Portugal’s center-right president, was re-elected to a second five-year term with about 61 percent of the vote.

Protesters clashed with the police during a demonstration against coronavirus restrictions in Eindhoven, the Netherlands, on Sunday." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-protests1/25virus-briefing-protests1-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-protests1/25virus-briefing-protests1-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-protests1/25virus-briefing-protests1-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-protests1/25virus-briefing-protests1-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 80vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Rob Engelaar/Agence France-Presse — Getty Images

Prime Minister Mark Rutte of the Netherlands said on Monday that anyone involved in riots over the weekend protesting the country’s coronavirus measures had engaged in “criminal violence” and warned that perpetrators would be treated accordingly.

Hundreds of people were detained during unrest in Amsterdam, Eindhoven and at least eight other cities after the start of a 9 p.m. curfew on Saturday, the police said. Officers used tear gas, attack dogs and water cannons to disperse crowds in the southern city of Eindhoven, where shops were looted and cars set on fire. In Urk, a staunchly protestant fishing village young people burned down a Covid test facility.

“This has nothing to do with protest or fighting for freedom,” Mr. Rutte, Raconté reporters on Monday. “This is criminal violence, and we will treat it as such.”

Le sien caretaker government implemented harsh new lockdown measures last week, vetted by Parliament, to curb the spread of the coronavirus. Flights to Britain, South Africa and most of South America were halted on Saturday. It also implemented a nationwide curfew, the first since World War II.

The mayor of Eindhoven, John Jorritsma, was visibly upset when he spoke to reporters about the violence in the city. He called the rioters “scum of the earth” and said he feared the Netherlands, normally one of the quietest countries in the European Union, was “on a path of civil war.”

A spokesman for the Dutch police union said the group feared that the illegal protests and riots were just the start of the curfew-related unrest. “I hope it was a one-off, but I’m afraid it was a harbinger for the coming days and weeks,” the spokesman, Koen Simmers, said, according to the public broadcaster NOS. “We haven’t seen so much violence in 40 years,” he added.

The protesters also gathered last week in Amsterdam after calls on social media to “resist” the lockdown rules and the government’s policies overall. Mr. Rutte is one of the longest-serving European leaders. Elections in the Netherlands are scheduled for March.

Protests also erupted over the weekend in Denmark. Five people were arrested on Saturday during an anti-lockdown demonstration in Copenhagen, local news outlets reported. Around 1,000 protesters gathered to demonstrate against what they said were limitations of their freedoms, after a call for protest by a Facebook group. Protesters tied an effigy of Prime Minister Mette Frederiksen to a pole and burned it, Danish channel TV2 signalé. A sign was hung around the effigy’s neck saying, “She must and should be killed.”

Outside a cafe in Kyiv, Ukraine, on Monday, the first day after lockdown restrictions were lifted." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-UKRAINE1/25virus-briefing-UKRAINE1-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-UKRAINE1/25virus-briefing-UKRAINE1-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-UKRAINE1/25virus-briefing-UKRAINE1-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/world/25virus-briefing-UKRAINE1/25virus-briefing-UKRAINE1-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 80vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Gleb Garanich/Reuters

Ukraine reopened schools, restaurants and movie theaters on Monday after testing showed the coronavirus was spreading less rapidly after just one week of a strict lockdown.

The health minister, Maksym Stepanov, pointed to the improving statistics as a clear indication that a strict lockdown, even if brief, can tamp down numbers. The rate of new infections declined about a third after the first seven days of closures, he said.

The cumulative number of infections nationwide last week was just over 30,000, nearly 14,000 less than the week before, Mr. Stepanov said. “The statistics are relatively optimistic and point to an improvement in the situation,” he said, local media reported.

Mr. Stepanov also pointed to a decline in hospitalizations, which typically trail infections by several weeks, suggesting that the downward trend had begun before the lockdowns and that New Year celebrations had not shifted the dynamic.

President Volodymyr Zelensky quickly imposed lockdowns last spring before easing them over the summer. The country retained a system that can close businesses in cities or regions with flare-ups.

Though the government lifted some restrictions on Monday, not all businesses can open. Nightclubs and sports stadiums remain closed. Schools are not allowed convene large gatherings of students, such as for performances or schoolwide meetings.

Ukraine, which aspires to join the European Union but is not in the bloc, has struggled to find vaccines and may not be able to inoculate its population until well into the year, forcing it to rely on quarantines, lockdowns and other restrictions until then.

The company announced a series of measures to help accelerate vaccination efforts." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/business/25economy-briefing-google1/25economy-briefing-google1-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/business/25economy-briefing-google1/25economy-briefing-google1-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/business/25economy-briefing-google1/25economy-briefing-google1-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2021/01/25/business/25economy-briefing-google1/25economy-briefing-google1-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async
Crédit…Jeff Chiu / Associated Press

Google said it will make company buildings, parking lots and open spaces available to serve as temporary vaccination clinics in partnership with health care providers and public health officials.

In a article de blog on Monday, Sundar Pichai, the chief executive of Google’s parent company, Alphabet, said the company will start by opening sites in Los Angeles, the San Francisco Bay Area and New York City, with plans to expand to other sites nationwide.

The move is part of a series of measures to help accelerate vaccination efforts. Google also said it plans to contribute $100 million in ad credits to health organizations to educate people about the vaccine and $50 million for groups working on fair access to the vaccine.

It will also include more information in search results and maps to help people find vaccination locations with details about who is eligible and whether appointments are necessary. Google said it will provide local distribution information in search results in the coming week so people can determine whether they are eligible to receive a vaccine.





The New York Times – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *