Lilia, 22 ans, Oran : « Les politiques algériens ? Des dinosaures qu’on devrait mettre au musée ! »




Dix ans après les premières étincelles des « printemps arabes », « l’Obs » a recueilli les doutes, les déceptions et les espoirs des enfants de la révolte. Dans la grande ville portuaire de l’ouest algérien, Lilia, étudiante en fiscalité et comptabilité, raconte comme le « Hirak » a apporté « un nouveau souffle » à son pays.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *