Marche des agriculteurs indiens pour la fête de la République


NEW DELHI – Au gré de la splendeur et de la couleur des défilés militaires, Fête de la République de l’Inde les célébrations comptent parmi les plus marquantes.

Mais mardi, alors que le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi se préparait à célébrer l’anniversaire de l’introduction de la Constitution du pays avec un autre défilé des forces armées, une force improbable se préparait à passer le devant de la scène.

Les agriculteurs indiens qui protestent, qui ont été campé aux portes de New Delhi pendant deux mois exigeant que M. Modi abroge les lois qui remodeler l'agriculture indienne, se préparaient à entrer dans la capitale avec des milliers de tracteurs.

La démonstration de force, après l'échec du gouvernement central dans ses efforts frénétiques pour empêcher la marche du tracteur, a illustré de façon spectaculaire à quel point l'impasse avec les agriculteurs a embarrassé M. Modi. Bien qu’il soit devenu la figure la plus dominante de l’Inde après avoir écrasé son opposition politique, les agriculteurs ont toujours été provocants.

En septembre, M. Modi a fait adopter au Parlement trois lois agricoles qui, espère-t-il, injecteront des investissements privés dans un secteur qui souffre d'inefficacité et de manque d'argent depuis des décennies. Mais les agriculteurs se sont rapidement élevés contre eux, affirmant que l’assouplissement des réglementations par le gouvernement les avait laissés à la merci de géants corporatifs qui prendraient le contrôle de leurs entreprises.

Alors que leurs manifestations ont pris de l'ampleur et de la colère, avec des dizaines de milliers d'agriculteurs campés dans le froid pendant deux mois et des dizaines de morts parmi eux, le gouvernement a proposé de modifier certaines parties des lois pour inclure leurs revendications. La Cour suprême du pays est également intervenue, ordonnant au gouvernement de suspendre les lois jusqu'à ce qu'il parvienne à une résolution avec les agriculteurs.

Mais les agriculteurs disent qu'ils ne s'arrêteront pas avant une abrogation, et ils ont commencé à accroître la pression. En plus de leur marche du tracteur mardi, ils ont annoncé leur intention d'organiser une marche à pied vers le Parlement indien le 1er février, lorsque le nouveau budget du pays sera présenté.

Les tensions étaient fortes jusqu'à mardi, certains responsables affirmant que les manifestations avaient été infiltrées par des éléments insurgés qui recourraient à la violence si les agriculteurs étaient autorisés à entrer dans la ville. Quelques jours à peine avant la marche des tracteurs, les dirigeants des agriculteurs ont présenté aux médias un jeune homme qu’ils affirmaient avoir arrêté, soupçonné de complot visant à tirer sur les dirigeants mardi pour perturber le rassemblement. Aucun des deux ensembles d'allégations n'a pu être vérifié indépendamment.

Il y avait une certaine confusion sur la portée et la taille de la marche du tracteur avant qu'elle ne commence. Des informations dans les médias locaux, citant des documents de la police de Delhi, ont déclaré que la marche ne commencerait qu'après le défilé très médiatisé de la fête de la République au cœur de New Delhi. Les rapports ont également indiqué que le nombre de tracteurs et combien de temps ils pouvaient rester à l'intérieur de la ville avaient été plafonnés.

Mais les dirigeants agricoles lors d'une conférence de presse lundi ont déclaré qu'il n'y avait aucune limitation de temps et de nombre de tracteurs tant qu'ils s'en tenaient aux itinéraires tracés par la police de Delhi. Les cartes des itinéraires suggéraient un compromis entre les agriculteurs et la police qui pourrait permettre aux manifestants d'entrer dans la ville sans se rapprocher des institutions sensibles du pouvoir.

Les dirigeants ont déclaré qu'environ 150 000 tracteurs s'étaient rassemblés aux frontières de la capitale pour la marche, qu'environ 3 000 volontaires tenteraient d'aider la police à maintenir l'ordre et que 100 ambulances étaient en attente.

Les dirigeants agricoles, tant dans les déclarations faites aux manifestants que lors de la conférence de presse, ont appelé à plusieurs reprises à la paix lors de la marche du tracteur.

«N'oubliez pas que notre objectif n'est pas de conquérir Delhi, mais de gagner le cœur des habitants de ce pays», ont-ils déclaré dans des instructions publiées en ligne pour les marcheurs, à qui on a dit de ne pas porter d'armes – «même pas de bâtons» – pendant la mars et pour éviter les slogans et les bannières provocateurs.

«La marque de cette agitation a été qu'elle est pacifique», a déclaré Balbir Singh Rajewal, l'un des principaux dirigeants du mouvement. «Ma demande à nos frères agriculteurs, à nos jeunes, c'est qu'ils maintiennent ce mouvement en paix. Le gouvernement répand des rumeurs, les agences ont commencé à égarer les gens. Méfiez-vous-en.

«Si nous restons pacifiques, nous avons gagné. Si nous devenons violents, Modi gagnera.

Hari Kumar a contribué au reportage.



Mujib Mashal – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *