Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du pétrole, décède à 90 ans


En 1973, après qu'Israël ait vaincu l'Égypte et la Syrie dans la guerre du Yom Kippour et que les dirigeants arabes aient exigé l'utilisation du pétrole comme arme politique, M. Yamani a conçu un embargo pour faire pression sur les États-Unis et d'autres alliés pour qu'ils retirent leur soutien à Israël et à Israël. se retirer des terres arabes occupées. L'embargo a envoyé des ondes de choc dans le monde entier, a provoqué une rupture dans l'alliance de l'Atlantique Nord et a incliné le Japon et d'autres nations vers les Arabes.

Mais les États-Unis ont tenu la ligne. Le président Richard M. Nixon a créé un tsar de l'énergie. Un rationnement de l'essence et des contrôles des prix ont été imposés. Il y avait de longues files d'attente et des combats occasionnels à la pompe. Alors que l'inflation a persisté pendant des années, un nouvel accent a été mis sur l'exploration et la conservation de l'énergie, y compris, pendant un certain temps, une limite de vitesse nationale de 55 milles à l'heure sur les autoroutes.

En 1975, M. Yamani a eu deux contacts avec la violence. Son patron, le roi Faisal, a été assassiné par un neveu royal à Riyad. Neuf mois plus tard, lui et d'autres ministres de l'OPEP ont été pris en otage par des terroristes dirigés par Ilich Ramírez Sánchez, également connu sous le nom de Carlos le Chacal.

Pendant des années après l'embargo, M. Yamani a eu du mal à contenir les prix du pétrole, estimant que l'intérêt à long terme de l'Arabie saoudite était de prolonger la dépendance mondiale à un pétrole abordable. Mais le renversement du Shah d'Iran lors de la révolution islamique de 1979 a déclenché une crise énergétique. La production iranienne a chuté, les prix ont bondi, la panique s'est installée, les stocks de l'OPEP ont inondé le marché et les prix ont de nouveau chuté.

En 1986, après une surabondance mondiale prolongée de pétrole et des désaccords entre M. Yamani et la famille royale sur les quotas et les prix, Le roi Fahd a limogé le ministre du pétrole, mettant fin à ses 24 ans en tant que non-royal le plus célèbre d’Arabie saoudite.

Ahmed Zaki Yamani est né le 30 juin 1930 à La Mecque, ville sainte du pèlerinage de l’Islam, le plus jeune des trois enfants de Fatima Suruji, femme au foyer et poète, et Hassan Yamani, le juge en chef de La Mecque. Le nom de famille est originaire du Yémen, la terre de ses ancêtres. Le garçon était dévotement religieux, se levant tôt pour prier avant l'école. Envoyé à l'étranger pour des études supérieures, il a obtenu des diplômes de l'Université King Fuad I au Caire en 1951, de l'Université de New York en 1955 et de la Harvard Law School en 1956.

Lui et sa première femme, Laila Sulaiman Faidhi, se sont mariés en 1955 et ont eu deux filles, Mai et Maha, et un fils, Hani. Sa deuxième épouse était Tamam al-Anbar; ils se sont mariés en 1975 et ont eu deux filles, Sarah et Arwa, et trois fils, Faisal, Sharaf et Ahmed. En plus de sa fille Mai, M. Yamani laisse dans le deuil sa seconde épouse, ses autres enfants, 24 petits-enfants et un arrière-petit-enfant.



Robert D. McFadden – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *