Près d’un hôpital sur quatre traitant Covid en Afghanistan a fermé ses portes, prévient l’OMS


Près d’un quart des hôpitaux traitant le Covid-19 en Afghanistan ont fermé ces dernières semaines, et les efforts du pays pour répondre à la pandémie ont diminué, ont déclaré mercredi des responsables de l’Organisation mondiale de la santé.

L’OMS a publié mercredi un avertissement urgent, affirmant que l’Afghanistan est au bord d’une « catastrophe humanitaire imminente ».

L’avis fait suite à une récente visite à Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, où les dirigeants de l’OMS ont rencontré les dirigeants des talibans, qui contrôlent désormais le pays. Les responsables de l’OMS ont également rencontré des partenaires des Nations Unies, des agents de santé et des patients.

« Les coupes dans le soutien des donateurs au plus grand projet de santé du pays, Sehatmandi, ont laissé des milliers d’établissements de santé sans financement pour les fournitures médicales et les salaires du personnel de santé », Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, et Dr Ahmed Al -Mandhari, le directeur régional de l’organisation pour la Méditerranée orientale, a déclaré mercredi dans un communiqué conjoint.

Environ les deux tiers des établissements de santé du pays font partie de Sehatmandi, un projet triennal de 600 millions de dollars administré par la Banque mondiale et financé par l’Agence américaine pour le développement international, l’Union européenne, la Banque mondiale et d’autres donateurs.

Les fonds du projet ayant été acheminés par l’intermédiaire du ministère de la Santé publique, les donateurs ont retiré leur soutien après la prise du pouvoir par les talibans. Aujourd’hui, seulement un sixième de toutes les installations de Sehatmandi sont pleinement fonctionnelles, selon l’OMS

« Beaucoup de ces établissements ont maintenant réduit leurs opérations ou fermé leurs portes, obligeant les prestataires de santé à prendre des décisions difficiles sur qui sauver et qui laisser mourir », indique le communiqué.

Les responsables ont également déclaré que neuf des 37 hôpitaux traitant Covid-19 en Afghanistan ont fermé et que les efforts de surveillance, de dépistage et de vaccination des coronavirus se sont contractés.

L’Afghanistan, qui a émergé d’une recrudescence des infections virales fin juin, recommence à voir le nombre de cas augmenter, impliquant cette fois la variante hautement contagieuse Delta.

Avant le mois dernier, selon l’OMS, environ 2,2 millions de personnes, soit environ 6% de la population afghane, avaient été vaccinées contre Covid-19. Mais ces dernières semaines, selon l’organisation, les taux de vaccination ont considérablement ralenti et quelque 1,8 million de doses de vaccins dans le pays restent inutilisées.

Le ministre de la Santé par intérim du pays et dernier vestige du cabinet pré-taliban, le Dr Wahid Majrooh, a démissionné mardi.

Martin Griffiths, sous-secrétaire de l’ONU pour les secours d’urgence, a déclaré mercredi qu’il débloquait 45 millions de dollars pour aider à empêcher l’effondrement du système de santé afghan.

« Les médicaments, les fournitures médicales et le carburant s’épuisent en Afghanistan », a déclaré M. Griffiths dans un communiqué. « Les chaînes du froid sont compromises. Les travailleurs de la santé essentiels ne sont pas payés. »

En plus de la menace d’une crise de santé publique, de nouveaux chiffres publiés par le Programme alimentaire mondial suggèrent que 95 pour cent des Afghans n’ont pas un accès sécurisé à une nourriture adéquate, une situation qui pourrait s’aggraver en hiver, lorsque de nombreuses communautés isolées sont susceptibles d’être coupées. sans soutien extérieur pendant plusieurs mois.



Lauren Katzenberg – [source]