01/12/2021

L’enlèvement en masse de missionnaires américains fait sursauter même Haïti en lassitude


PORT-AU-PRINCE, Haïti – Enfants sur le chemin de l’école, vendeurs de rue vendant leurs marchandises, prêtres en plein sermon – peu d’Haïtiens, riches ou pauvres, sont à l’abri des gangs de ravisseurs qui traquent leur pays en toute impunité. Mais l’enlèvement ce week-end de 17 personnes associées à un groupe de missionnaires américains alors qu’elles visitaient un orphelinat a choqué les responsables pour son audace.

Dimanche, les otages, dont cinq enfants, sont restés en captivité, leurs allées et venues et leurs identités inconnues du public. Pour ajouter au mystère, il y avait un mur de silence de la part des responsables en Haïti et aux États-Unis sur ce qui, le cas échéant, était fait pour obtenir leur libération.

« Nous cherchons la direction de Dieu pour une résolution, et les autorités cherchent des moyens d’aider », le groupe missionnaire Christian Aid Ministries, un groupe basé en Ohio fondé par des amish et des mennonites qui a une longue histoire de travail dans les Caraïbes, dit dans un communiqué.

Les autorités ont identifié le gang derrière les enlèvements comme étant le 400 Mawozo, un groupe tristement célèbre pour avoir porté les enlèvements à un niveau supérieur dans un pays réduit à près de l’anarchie par catastrophe naturelle, la corruption et assassinat politique. Non content d’attraper des victimes individuelles et d’exiger une rançon des membres de leur famille, le gang a pris l’habitude d’arracher des gens en masse alors qu’ils prenaient des bus ou marchaient dans les rues en groupes dont le nombre aurait pu les protéger autrefois.

Avec une grande partie du gouvernement en ruine, les gangs sont une puissance incontestée en Haïti, contrôlant de nombreux quartiers.

« C’est exaspérant – vous essayez de travailler pour le pays, de construire quelque chose, de fournir des emplois, et ils vous le font », a déclaré un homme d’affaires de 42 ans qui a été kidnappé en février par le gang Ti Lapli alors qu’il rentrait chez lui. travailler dans une voiture blindée. « Où est-ce que ça va ? Où va ce pays ? C’est le bordel total.

L’homme d’affaires, qui a demandé à être identifié uniquement comme Norman parce qu’il a peur des représailles, a déclaré qu’il n’avait pas été nourri pendant les quatre premiers jours de sa captivité, et que les enfants, dont certains semblaient n’avoir pas plus de 10 ans , le battaient régulièrement avec le manche de sa machette ou la crosse de son fusil.

Il a été libéré après 12 jours, lorsque le gang a accepté 70 000 $ de rançon, au lieu des 5 millions de dollars qu’ils avaient demandés.

Les enlèvements sont devenus si courants, a-t-il dit, qu’il connaît au moins 10 personnes qui ont été enlevées, dont sa mère.

Cette fois, les victimes – 16 Américains et un Canadien – ont été saisies alors qu’elles rendaient visite samedi à un orphelinat à l’extérieur de la capitale haïtienne, Port-au-Prince.

Le gouvernement américain a déclaré qu’il était au courant des enlèvements, mais n’a fait aucun commentaire.

Mais un éminent législateur, le représentant Adam Kinzinger, républicain de l’Illinois et membre de la commission des affaires étrangères, a déclaré dimanche sur CNN que le gouvernement américain ferait tout son possible pour récupérer les Américains. « Nous devons localiser où ils se trouvent et voir si des négociations sans payer de rançon sont possibles ou faire tout ce dont nous avons besoin sur le front militaire ou policier », a-t-il déclaré.

La sécurité en Haïti s’est effondrée alors que la politique du pays s’est désintégrée, empirant depuis l’assassinat en juillet de Président Jovenel Moïse. La violence augmente dans la capitale, où, selon certaines estimations, les gangs contrôlent désormais environ la moitié de la ville. Un seul jour de la semaine dernière, des gangs ont tiré sur un bus scolaire à Port-au-Prince, blessant au moins cinq personnes, dont des étudiants, tandis qu’un autre groupe a détourné un bus public.

Selon le Centre d’analyse et de recherche pour les droits humains, basé à Port-au-Prince, cette année seulement, de janvier à septembre, 628 personnes ont été signalées kidnappées, dont 29 étrangers.

« Le motif derrière la recrudescence des enlèvements pour nous est financier », a déclaré Gèdèon Jean, directeur du centre. « Les gangs ont besoin d’argent pour acheter des munitions, pour obtenir des armes, pour pouvoir fonctionner. »

Cela signifie que les missionnaires sont susceptibles de sortir vivants, a-t-il dit

« Ils vont être libérés, c’est sûr », a déclaré M. Jean. « Nous ne savons pas dans combien de jours, mais ils vont négocier. »

Les experts ont déclaré que l’enlèvement d’Américains en Haïti, autrefois une rareté, est devenu de plus en plus courant au cours des deux dernières années. Lorsque cela se produit, le FBI est le principal organisme fédéral à intervenir.

Les Américains d’origine haïtienne se sont habitués à entendre parler d’enlèvements de personnes qu’ils connaissent, a déclaré Jean Monestime, le premier membre né en Haïti du conseil des commissaires du comté de Miami-Dade en Floride.

« Il y a beaucoup d’histoires, dit-il. « Trop pour en parler. »

Un haut responsable américain a déclaré que si les enlèvements contre rançon en Haïti ne sont généralement pas aussi brutaux que ceux commis par des groupes terroristes au Moyen-Orient, le gouvernement américain aborde les deux avec un sentiment d’urgence. Par ailleurs, un haut responsable du département d’État a déclaré que l’administration Biden était en contact avec des responsables au plus haut niveau du gouvernement haïtien au sujet de l’enlèvement, mais a refusé de commenter davantage.

Dans un pays aussi appauvri qu’Haïti, il ne faut pas grand-chose pour rendre une personne attrayante pour les ravisseurs – et il n’en faut pas beaucoup pour garantir leur liberté.

À Croix-des-Bouquets, une banlieue désormais contrôlée par 400 Mawozo – le mot créole se traduit approximativement par « un paysan de la montagne » – les vendeurs qui bordaient les rues ont été kidnappés pour le peu qu’ils avaient dans leurs poches. Parfois, on leur a ordonné de vendre le peu de biens qu’ils avaient chez eux, comme des radios ou des réfrigérateurs, pour payer la rançon.

Aujourd’hui, Croix-des-Bouquets est une ville fantôme proche.

Les gangs ont tourmenté Port-au-Prince au cours des deux dernières décennies. Mais ces dernières années, leur place dans la société a changé.

Des gangs plus anciens et plus établis se sont livrés non seulement à des enlèvements, mais à des activités politiques, exécutant la volonté de leurs puissants patrons. Parfois, ils ont contribué à la suppression des électeurs.

Maintenant, alors que les gangs indépendants se multiplient, ils sont devenus une force apparemment incontrôlable, prospérant dans le malaise économique d’Haïti.

Les membres de gangs plus récents comme 400 Mawozo violent des femmes et recrutent des enfants locaux, forçant les jeunes du quartier à tabasser les gens alors qu’ils forment une nouvelle génération de membres plus violents.

Les églises, autrefois intouchables, sont désormais une cible fréquente, avec des prêtres kidnappés alors même qu’ils s’adressent à leur troupeau. En avril, des hommes armés ont kidnappé un pasteur alors qu’il dirigeait une cérémonie diffusée en direct sur Facebook.

En avril, le gang des 400 Mawozo enlevé 10 personnes à Croix-des-Bouquets, dont sept membres du clergé catholique, dont cinq haïtiens et deux français. Le groupe a finalement été libéré fin avril. Les ravisseurs ont exigé une rançon d’un million de dollars, mais on ne sait pas si elle a été payée.

Les Haïtiens sont désespérés par la violence, qui les empêche de gagner leur vie et empêche leurs enfants d’aller à l’école. Ces derniers jours, certains ont entamé une pétition pour protester contre la violence des gangs, ciblant le gang des 400 Mawozo et appelant la police à prendre des mesures. Mais la police, sous-financée et manquant de soutien politique, n’a pas pu faire grand-chose.

Les travailleurs des transports ont appelé à une grève pour lundi et mardi à Port-au-Prince pour protester contre l’insécurité – une action qui pourrait se transformer en une grève plus générale, le mot se répandant dans tous les secteurs pour que les travailleurs restent chez eux pour dénoncer la violence qui a atteint « un nouveau niveau dans l’horreur.

« Les bandits lourdement armés ne sont plus satisfaits des abus, du racket, des menaces et des enlèvements contre rançon actuels », indique la pétition. « Maintenant, des criminels entrent par effraction dans les maisons du village la nuit, attaquent les familles et violent les femmes. »

Christian Aid Ministries, dont les membres ont été kidnappés samedi, est un important fournisseur d’aide à Haïti.

Le groupe n’a pas répondu aux demandes de commentaires, mais un ancien directeur de terrain en Haïti, Dan Hooley, a déclaré qu’au moins certains des missionnaires kidnappés n’étaient pas dans le pays depuis longtemps. Une famille, a-t-il dit, y vivait depuis « quelques mois », tandis qu’un homme est arrivé vendredi pour travailler sur un projet de secours lié au tremblement de terre qui a dévasté le pays en août.

Il y avait environ 1 700 missionnaires chrétiens en Haïti à la mi-2020, selon l’étude du christianisme mondial au Séminaire théologique Gordon-Conwell.

M. Hooley a estimé que Christian Aid Ministries comptait plus de 20 employés dans le pays.

Le complexe des ministères en Haïti surplombe la baie de Port-au-Prince, dans une banlieue appelée Titanyen.

Lors d’une visite là-bas dimanche, trois gros camions de livraison ont pu être vus sur le vaste terrain entouré de deux clôtures renforcées de barbelés accordéon. Des poulets, des chèvres et des dindes pouvaient être vus près de petites maisons de style américain avec des porches et des boîtes aux lettres blancs, et du linge mis à sécher.

Il y avait aussi un chien de garde et une pancarte en créole interdisant l’entrée sans autorisation.

Parce que la zone est si pauvre, la nuit, le complexe est le seul bâtiment éclairé par des lumières électriques, ont déclaré des voisins. Tout le reste autour d’elle est plongé dans l’obscurité.

Les mennonites, ont dit les voisins, étaient aimables et ont essayé d’étaler le travail qu’ils avaient – ​​construire un nouveau mur de pierre autour de l’enceinte, par exemple – afin que chacun puisse gagner un peu et nourrir sa famille. Ils donnaient de la nourriture et de l’eau aux travailleurs et plaisantaient avec eux. Et les Haïtiens venaient souvent pour des cours bibliques.

Habituellement, les enfants pouvaient être vus en train de jouer. Il y a des balançoires, un toboggan, un terrain de basket-ball et un terrain de volley-ball. C’était très inhabituel, disaient les voisins, de le voir si calme. Le dimanche, surtout, c’est animé.

Mais pas ce dimanche.

Andre Paultre, Oscar Lopez, Ruth Graham, Patricia Mazzei et Lara Jakes ont contribué au reportage.



Maria Abi-Habib – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA