01/12/2021

Washington entend les échos des années 50 et les inquiétudes : est-ce une guerre froide avec la Chine ?


La Maison Blanche répugne à mettre une étiquette sur cette approche à plusieurs niveaux, ce qui peut expliquer pourquoi M. Biden n’a pas encore prononcé de discours la décrivant en détail. Mais ses actions jusqu’à présent ressemblent de plus en plus à celles d’un monde de coexistence compétitive, un peu plus audacieuse que la «coexistence pacifique» que le dirigeant soviétique Nikita S. Khrouchtchev utilisait pour caractériser l’ancienne guerre froide. (Fait intéressant, après rendez-vous ce mois-ci en Suisse avec Jake Sullivan, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale, le plus haut diplomate chinois a déclaré qu’il s’opposait à toute description de la relation américano-chinoise comme « concurrentielle ».)

Mais si l’administration a encore du mal avec la terminologie, elle dit qu’elle sait ce que ce n’est pas.

« Cela ne ressemble en rien à la guerre froide, qui était principalement une compétition militaire », a déclaré l’un des principaux conseillers administratifs de M. Biden dans une interview, s’exprimant sous couvert d’anonymat car, à la Maison Blanche de Biden, il n’y a pas de domaine où les mots sont mesurés plus soigneusement qu’en parlant des relations avec Pékin.

En juillet, le principal conseiller Asie de M. Biden, Kurt M. Campbell, dit à l’Asia Society que la comparaison de la guerre froide « obscurcit plus qu’elle n’éclaire » et n’est « en aucun cas utile, fondamentalement, à certains des défis présentés par la Chine ».

Les liens profonds entre les deux économies – les dépendances mutuelles à l’égard de la technologie, du commerce et des données qui franchissent le Pacifique en quelques millisecondes sur les réseaux dominés par les États-Unis et la Chine – n’ont jamais existé dans la guerre froide plus familière. Le mur de Berlin n’a pas seulement tracé une ligne nette entre les sphères d’influence, de liberté et de contrôle autoritaire, il a arrêté la plupart des communications et du commerce. L’année de sa chute, 1989, les États-Unis ont exporté pour 4,3 milliards de dollars de marchandises vers les Soviétiques et importé 709 millions de dollars, un coup sans conséquence pour les deux économies. (En dollars courants, ces chiffres seraient un peu plus que doublés.)

Dans cette impasse de superpuissance, toutes ces lignes sont floues, avec les équipements Huawei et China Telecom qui transmettent des données à travers les pays de l’OTAN, l’application TikTok appartenant à des Chinois active sur des dizaines de millions de téléphones américains, et Pékin craignait que la répression de l’Occident sur la vente de semi-conducteurs avancés à Chine pourrait paralyser certains de ses champions nationaux, Huawei inclus. Et pourtant, même à travers une pandémie et des menaces de « découplage », les États-Unis ont exporté 124 milliards de dollars de marchandises vers la Chine l’année dernière et importé 434 milliards de dollars. Cela a fait de la Chine le plus grand fournisseur de marchandises des États-Unis et le troisième plus grand consommateur de ses exportations, après le Canada et le Mexique.



David E. Sanger – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA