Comment 2 vols vers l’Europe peuvent avoir stimulé la propagation d’une nouvelle variante


Après l’émergence de la variante Omicron en Afrique la semaine dernière, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ont interdit les vols en provenance d’Afrique australe. Israël et le Maroc ont claqué leurs portes sur le monde. L’Australie, le Japon et d’autres pays ont reporté leur ouverture et ont rejoint la Chine, qui a adopté une mentalité de forteresse alors qu’elle cherche à vaincre complètement le virus chez elle.

Malgré toute l’attention portée aux vols vers les Pays-Bas, des cas positifs d’Omicron sont déjà apparus dans plusieurs pays, et les experts en santé publique considèrent son émergence partout comme inévitable.

Un Italien vacciné, qui n’a pas été identifié publiquement, est rentré des affaires au Mozambique plus tôt en novembre dans la ville méridionale de Caserta. Il a déclaré à la radio italienne qu’il avait été testé négatif avant d’embarquer sur son vol le 11 novembre, comme l’exigeait l’Italie. Comme il voyageait pour le travail, il n’a pas, selon les règles italiennes, à s’isoler à son retour.

Ce n’est que lors d’un contrôle médical à Milan, où il a également subi un test Covid afin de pouvoir retourner au Mozambique, qu’il a été testé positif pour le coronavirus, puis, au milieu de l’attention accrue portée à la nouvelle variante, pour Omicron. Maintenant, lui, sa femme et ses enfants, qui sont également positifs pour le virus, sont isolés, tous pour l’instant avec des symptômes légers.

Mardi, KLM, la compagnie aérienne qui a opéré vendredi les deux vols en provenance d’Afrique du Sud, a présenté ses excuses aux passagers. Mais Marjan Rozemeijer, une porte-parole de l’entreprise, a suggéré qu’elle avait été prise au dépourvu par la variante comme n’importe qui d’autre.

Lors de l’atterrissage des vols à l’aéroport de Schiphol, a-t-elle déclaré, la société a été « demandée par le gouvernement néerlandais de garer nos avions dans un endroit particulier afin que tous les passagers puissent être testés », et a ajouté que l’aéroport et les autorités néerlandaises de santé publique avait organisé et réalisé les tests.

Un porte-parole du service de santé publique néerlandais, en revanche, a déclaré qu’il était allé au-delà de ses efforts et ne voyait rien de mal à laisser les passagers qui avaient été testés négatifs pour le virus poursuivre leur voyage.



Jason Horowitz – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA