Un tribunal du Myanmar condamne Aung San Suu Kyi dans les premiers verdicts


ImageUn manifestant tenant une affiche avec une image du dirigeant civil détenu Daw Aung San Suu Kyi à Yangon, Myanmar, en mars.
Crédit…Agence France-Presse — Getty Images

Le chef de la junte birmane, le général en chef Min Aung Hlaing, a réduit la peine infligée à Daw Aung San Suu Kyi lundi à deux ans, quelques heures après qu’un tribunal a prononcé une peine de quatre ans contre le dirigeant civil déchu du pays.

Mme Aung San Suu Kyi sera autorisée à purger les 14 mois restants dans la maison dans laquelle elle est actuellement détenue, selon U Zaw Min Tun, le porte-parole de la junte. Le temps qu’elle avait passé en détention après avoir été arrêtée lors d’un coup d’État militaire en février serait compté comme du temps purgé. Lorsqu’on lui a demandé la raison de la réduction de peine, M. Zaw Min Tun a refusé de répondre.

Mme Aung San Suu Kyi a été condamnée plus tôt pour incitation à l’agitation publique et violation des protocoles de Covid-19. Elle fait face à des verdicts pour neuf autres chefs d’accusation qui pourraient la garder enfermée pour le reste de sa vie.

Ses épreuves, que le Nations Unies et gouvernements étrangers ont été décrits comme motivés par des considérations politiques, ont eu lieu lors d’audiences à huis clos à Naypyidaw, Birmaniela capitale. La junte a interdit à ses cinq avocats de parler aux médias, affirmant que leurs communications pourraient « déstabiliser le pays ». Elle risquait une peine d’emprisonnement maximale de 102 ans sur un total de 11 chefs d’accusation.

« Cette décision ridicule est une parodie de justice », a déclaré Charles Santiago, législateur malaisien et président des parlementaires de l’ASEAN pour les droits de l’homme, dans un communiqué.

M. Santiago a déclaré que la condamnation était une preuve supplémentaire que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est « doit tenir la ligne contre cette prise de contrôle illégale » par la junte.

Les procureurs ont a continué à gifler plus de charges sur Mme Aung San Suu Kyi au fur et à mesure de l’avancement de son dossier. Les verdicts rendus lundi sont les premiers de plusieurs qui devraient être annoncés dans les prochains mois.

L’accusation de violation des protocoles de Covid-19 découle d’un épisode de la campagne électorale de 2020 au cours duquel Mme Aung San Suu Kyi se tenait à l’extérieur, portant un masque facial et un écran facial, et faisait signe aux partisans qui passaient dans des véhicules.

Mme Aung San Suu Kyi, 76 ans, est une héroïne imparfaite pour une nation en difficulté.

Elle est présentée comme une figure presque divine parmi ses partisans au Myanmar, qui la décrivent comme une défenseure de la démocratie du pays – une lutte pour laquelle elle a remporté un prix Nobel de la paix. Mais elle réputation sur la scène internationale a été ternie sur sa complicité dans le les atrocités de masse de l’armée contre les Rohingyas, un groupe minoritaire musulman.

Le verdict de culpabilité risque de galvaniser un mouvement de protestation qui a a incité des milliers de personnes à prendre les armes contre l’armée depuis février, date à laquelle les généraux ont pris le pouvoir.

Dimanche matin, un camion militaire enfoncé dans un groupe de manifestants qui portaient des banderoles portant son portrait et des citations de la sienne dans les rues de Yangon, la ville la plus peuplée du Myanmar, faisant des morts. La nuit, les manifestants ont continué à manifester dans les rues et les habitants ont tapé sur des casseroles et des poêles pour manifester leur colère.

Crédit…Agence France-Presse — Getty Images

Dans les mois qui ont suivi la coup, les gens se sont rassemblés dans les rues, les médecins et les infirmières ont cessé de travailler en signe de protestation, et beaucoup ont refusé de payer des impôts dans une campagne connue sous le nom le mouvement de désobéissance civile.

Malgré la menace d’arrestation, il y a encore large soutien au mouvement. Un nombre croissant de soldats font défection, en collaboration avec manifestants armés et des groupes d’insurgés à lancer des attaques éclair contre l’armée.

La junte a réagi en réprimant – elle a tué plus de 1 300 personnes et arrêté plus de 10 600 autres, selon le Association d’Assistance aux Prisonniers Politiques (Birmanie), une organisation de défense des droits basée en Thaïlande.

Pour nombre de ses partisans, Mme Aung San Suu Kyi était considérée comme la seule politicienne capable de conduire le Myanmar vers la pleine démocratie.

Après un précédent coup d’État, en 1962, l’armée a dirigé le pays pendant un demi-siècle. Lorsque Mme Aung San Suu Kyi a été élue en 2015, elle a été forcée de partager le pouvoir avec l’armée, qui a nommé 25 % du Parlement. En novembre 2020, elle a mené son parti à une victoire électorale écrasante, battant le parti d’opposition soutenu par l’armée.

Elle n’a pas été vu en public ou pu parler à quiconque en dehors de ses avocats depuis qu’elle a été arrêtée le 1er février. fraude électorale. Mme Aung San Suu Kyi a nié l’accusation.

Les militants des droits ont condamné l’accusation d’incitation, disant qu’il est utilisé pour intimider les critiques de l’armée. Il est passible d’une peine maximale de trois ans et stipule que quiconque « publie ou fait circuler une déclaration, une rumeur ou un rapport » avec « l’intention de provoquer, ou qui est susceptible de provoquer, la peur ou l’alarme du public » pourrait être jugé responsable.



The New York Times – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA