Au Cameroun, le football sert de "diversion" au conflit meurtrier dans l'ouest anglophone




L’assassinat d’un sénateur influent, mardi, au Cameroun, pays hôte de la CAN-2022, met en lumière le conflit qui s’enlise en zone anglophone et que le gouvernement tente de dissimuler. Le président Paul Biya présente le tournoi comme un symbole d’unité mais ses politiques gouvernementales exacerbent les divisions. 



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA