Économie. Le recyclage des jouets usagés en marche dans le Jura


Producteur d’un grand nombre de déchets (100 000 tonnes chaque année selon l’Ademe), le secteur des jeux et jouets fait face à un défi de taille : celui du recyclage. Invité par la loi à rejoindre les filières REP (responsabilité élargie du producteur) sur le principe du pollueur-payeur, il s’empare peu à peu du problème.

Une économie circulaire et solidaire

Et alors qu‘une nouvelle filière pour le réemploi et le recyclage des jouets s’organise sur le territoire, tous les regards se tournent vers le Jura. C’est là que l’éco-organisme Eco-mobilier (agréé par l’État) a, en effet, choisi d’expérimenter ce qui pourrait être déployé au niveau national.

Il faut dire que plusieurs initiatives en ce sens étaient, ici, déjà portées, comme à la recyclerie de l’Adapemont. « Nous avons un espace réservé aux jouets de seconde main et des partenariats, notamment pour Noël, avec des dons faits à la Croix-Rouge », explique Marie-Pierre Fléchon, l’une des coordinatrices.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



L’association, qui collecte des objets en déchèteries et sur apports volontaires, accompagne une quinzaine de salariés en réinsertion sur ses sites d’Arinthod et Orgelet. Ils se chargent notamment de trier et réparer des jouets, afin de les mettre en vente à prix modique. « Nous avons aussi noué une collaboration avec le foyer de vie ‘‘Notre maison’’ à Aromas, que l’on aimerait voir perdurer. On leur confie certains puzzles, jeux de cartes ou de société pour être triés ou complétés, avant leur réutilisation. »

Davantage de points de collecte

Intégrée à l’expérimentation, la recyclerie participe au lancement de la filière dans le Jura. « Une benne a été mise à disposition à la déchèterie d’Arinthod. » Le but est bien sûr d’encourager davantage la collecte de jouets usagés.

Eco-mobilier estime qu’aujourd’hui, seulement 40 000 tonnes sont déposées en déchèterie publique. Et si la future filière cherchera à développer le réemploi des jouets, elle travaillera aussi au recyclage des matériaux, quand c’est impossible.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



Plusieurs acteurs

Dans cette optique, Eco-mobilier s’est appuyé sur plusieurs autres acteurs locaux, dont les Sitcom de Lons-le-Saunier et du haut Jura, Oasis insertion et l’opérateur Demain Environnement. Des industriels du secteur comme Smoby, impliqué depuis quelques années dans le recyclage des déchets de fabrication de ses jouets, ont aussi été associés à la démarche.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA