La RDC et les Émirats arabes unis peuvent-ils vraiment contrer l’« or du sang » ? – Jeune Afrique


Moins médiatisés que les trafics de « diamants du sang » sierra-léonais ou ougandais, les transferts illégaux d’or alimentent le pillage de certaines nations africaines, tout autant que leur déstabilisation politique durable. Qualifiée de « scandale géologique » pour ses richesses naturelles presque indécentes, la RDC n’a pas échappé aux conflits de prédation qui accompagnent la richesse naturelle.


À Lire


De la RDC à Dubaï, quelles sont les nouvelles routes de l’or africain ?

Aux yeux de ceux qui n’étaient pas encore au courant, les sanctions américaines contre Alain Goetz, en février dernier, révélaient le financement de groupes armés congolais par l’exportation illégale du métal précieux. Les affaires du négociant d’or belge dévoilaient des transactions plus ou moins opaques à Dubaï, Kigali ou encore Kampala…

De l’or « équitable » ?

Les questions économiques et sécuritaires qui figurent en filigrane du commerce de l’or constituent également l’architecture de la campagne électorale qui s’annonce, en prévision des scrutins congolais de décembre prochain. Candidat à sa succession, Félix Tshisekedi a décidé de marquer les esprits en scellant un accord officiellement destiné à entraver le trafic d’« or du sang » au profit de l’or « équitable ».

Ce partenariat commercial entre la RDC et les Émirats arabes unis prévoit le transfert de métal précieux « certifié » entre les deux pays. « Transparence inédite », « encadrement social » et « volume » semblent les maîtres mots du deal congolo-émirati. Pour ce qui est de la traçabilité, la joint-venture Primera Gold DRC SA a été créée pour l’occasion, détenue à 55% par les Émirats Arabes Unis et 45% par la République Démocratique du Congo. Pour ce qui est de l’encadrement social, il a été promis à 30 000 mineurs artisanaux un « revenu régulier ainsi que l’accès aux soins et à l’éducation pour leurs familles ».


À Lire


Mines : « La RDC a tout pour devenir un champion des voitures électriques »

Quant à la question des quantités de métal concernées, elle a été ouverte par l’expédition symbolique de 28 kg d’or « certifiés », ce 13 janvier, lors d’une cérémonie à Kinshasa. Les deux pays espèrent transférer une tonne par mois, d’ici trois mois, puis, à terme, une quinzaine de tonnes par an. L’est de la RDC est riche en ressources précieuses et la mégalopole Dubaï abrite l’un des plus grands marchés de l’or au monde.

Depuis quelques années, le petit État du Golfe fait preuve d’un activisme certain sur le continent africain, de la Guinée à l’Égypte, en passant par l’Éthiopie et le Soudan. Les leaders émiratis et les autorités congolaises ne comptent pas cantonner leur collaboration au seul secteur aurifère. Des partenariats sont prévus pour trois autres ressources également désignées comme des minéraux de conflit, les métaux communément appelés 3T : étain (« tin » en anglais), tungstène et tantale.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA