L’éditeur de logiciels toulonnais EGERIE lève 30 millions d’euros et accélère sa croissance


Nommé entrepreneur de l’année des Trophées TPM en décembre 2022, Jean Larroumets démarre 2023 sous les meilleurs auspices. Le président d’EGERIE annonce que la société qu’il a fondée à Toulon en 2016 avec Pierre Oger, vient de lever 30 millions d’euros. La précédente levée, de 4 millions d’euros, remonte à 2019. Ce nouveau tour de table a réuni des investisseurs spécialistes de l’assurance et de la cybersécurité et les fonds levés sont équitablement répartis entre l’actionnaire historique Tikehau Capital, le fonds de Corporate Venture de CNP Assurances, Open CNP, la Banque des Territoires et un fonds néerlandais acteur dans le domaine de la cybersécurité, TIIN Capital.

« L’objectif est d’accélérer la croissance de l’entreprise à l’international et de conforter sa place de leader européen de l’analyse du risque cyber, en particulier du ransomware(1) », commente Jean Larroumets.

La stratégie de développement va conduire EGERIE en Allemagne, en Autriche et en Suisse, puis au nord de l’Europe, notamment en Hollande, dans le sud en Italie et en Espagne, puis en Europe de l’Est et en Grande-Bretagne.

Exposition au risque cyber

EGERIE doit sa croissance au savoir-faire de ses deux fondateurs et leaders, pionniers dans leur domaine alors que le marché était encore confidentiel. Forts d’une solide expérience, Jean Larroumets et Pierre Oger étaient déjà associés de 2002 à 2016. Ils avaient commencé à développer une technologie qu’ils ont fait évoluer à partir de 2016 en créant EGERIE à Toulon, où ils avaient ouvert une antenne de leur précédente société.

Nous allons multiplier par dix

notre chiffre d’affaires d’ici quatre ans.

«  L’idée était de créer une solution majeure pour cartographier et mesurer précisément l’exposition des risques cyber pour les entreprises et les directions générales. Précisément, c’est-à-dire financièrement. »

Tous deux ingénieurs, ils ont mis au point une plateforme intelligente, auto-apprenante, capable d’évaluer le degré de menace qui pèse sur les systèmes informatiques d’une entreprise et permet aux directions générales de connaître les risques technologique et financier auxquels leur activité est exposée. « On est la première technologie à être capable, très précisément, de rendre visible l’invisible en mettant des valeurs financières sur des risques qui, historiquement, étaient des risques très techniques. »

50M€ de chiffre d’affaires en 2026

L’algorithme d’EGERIE, une fois installé chez le client, est alimenté par les données du client. Il devient alors capable de livrer une analyse fine du risque en temps réel et de préconiser les meilleures stratégies de sécurité à mettre en œuvre.

Le nouvel apport de capital officiellement annoncé ce mardi 24 janvier, va permettre à EGERIE de multiplier par dix son chiffre d’affaires pour atteindre 50 millions d’euros d’ici fin 2026.

« Pour cela, nous allons devoir recruter des personnes pour améliorer nos technologies, améliorer nos services support et créer les implantations dans les différents pays. Nous allons doubler les effectifs en passant de 90 salariés actuellement à 180 d’ici fin 2024 pour atteindre 350 d’ici trois ou quatre ans. Nous avons été une startup, aujourd’hui nous sommes une scale-up. Chaque évolution nécessite une réorganisation. Nous allons devoir créer des filiales avec une implantation dans chacun des pays cibles, trouver des compétences natives qui connaissent le contexte réglementaire local afin de préparer la solution la plus adéquate par rapport au marché local. »

Pierrre Oger, directeur général d’EGERIE basé à Paris, précise: « Avec cette nouvelle levée de fonds, nous allons continuer à investir dans l’automatisation de la récupération de données. Nous allons pouvoir développer également des fonctionnalités de reporting pour les assureurs. Nouvelles fonctionnalités qui seront d’autant plus appréciées que la directive européenne NIS2 (Network Internet Security) doit être transposée au plus tard en octobre 2024 et obligera les entreprises à présenter les mesures de sécurité adaptées au regard des risques encourus. »

La technologie d’EGERIE, développée sur les bords de la rade toulonnaise, est présente dans 90 pays, auprès de clients grands comptes du CAC40 et institutionnels. Orange, Veolia ou encore Accenture sont utilisateurs du système EGERIE ; 450 consultants et experts sont formés et certifiés sur ses solutions.

(1)- Ransomware (rançongiciel): type de malware qui empêche les utilisateurs d’accéder à leur système et fichiers, et qui exige une rançon en échange du rétablissement de l’accès.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA