Ukraine : le remplacement du général Zaloujny ne changera pas "le cours" du conflit, selon Moscou

C’est un changement majeur qui faisait l’objet de rumeurs insistantes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remplacé jeudi le populaire commandant en chef de ses armées, Valery Zaloujny, par Oleksandre Syrsky, un général moins connu. « Aujourd’hui, la décision a été prise de changer le commandement des forces armées ukrainiennes », a indiqué le ministre de la Défense, Roustem Oumerov, se disant « reconnaissant » envers Valery Zaloujny.

Oleksandre Syrsky est le « général le plus expérimenté d’Ukraine », selon Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a souligné qu’il avait commandé la défense de Kiev au début de l’invasion russe il y a quasiment deux ans, puis la contre-offensive de l’automne 2022 qui avait libéré la région de Kharkiv (nord-est). Valery Zaloujny, 50 ans, avait été nommé en juillet 2021.

Les infos à retenir

⇒ La Russie indique ce vendredi avoir neutralisé dans la nuit 19 drones ukrainiens

⇒ Poutine affirme que la Russie ne peut être vaincue en Ukraine

⇒ Moscou et Kiev échangent 100 prisonniers de guerre de chaque camp

Le remplacement du général ukrainien Zaloujny ne changera pas le cours du conflit

Le remplacement du général ukrainien Valery Zaloujny par Oleksandre Syrsky comme commandant en chef des forces ukrainiennes ne changera pas le cours du conflit avec la Russie, a affirmé vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« Nous ne pensons pas que ce soit des facteurs qui peuvent changer le cours de l’opération militaire spéciale. Celle-ci se poursuivra jusqu’à ce que les objectifs soient atteints », a déclaré M. Peskov à la presse lors de son briefing quotidien.

La Russie déclare avoir neutralisé dans la nuit 19 drones ukrainiens

La Russie a indiqué ce vendredi avoir neutralisé dans la nuit 19 drones ukrainiens dans quatre régions différentes et au-dessus de la mer Noire, l’attaque ayant visé notamment des infrastructures énergétiques. « Une tentative du régime de Kiev de commettre une attaque terroriste avec 19 drones aériens contre des sites sur le territoire russe a été empêchée », a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué. « Les systèmes de défense aérienne ont intercepté et détruit des drones dans les régions de Koursk (2), Briansk (5), Orel (4), Krasnodar (2) et au-dessus de la mer Noire (6) », a-t-il précisé.

Dans la région d’Orel (environ 300 km au sud-ouest de Moscou), l’attaque a visé des sites d’infrastructure énergétique, sans faire de victimes, a écrit sur Telegram le gouverneur régional, Andreï Klytchkov. Dans la région de Krasnodar (sud), un incendie s’est déclaré dans la nuit sur la raffinerie de pétrole à Ilsky, selon un communiqué des services de secours locaux qui n’ont toutefois pas fait de lien entre cet incident et l’attaque de drones. Cette raffinerie avait déjà été visée par une attaque de drones l’année dernière.

Poutine affirme que la Russie ne peut être vaincue en Ukraine

Vladimir Poutine a affirmé au journaliste conservateur américain Tucker Carlson, dans une longue interview diffusée jeudi, qu’une défaite de la Russie en Ukraine était « impossible ». « Jusqu’ici, il y a eu les vociférations et les cris sur (la nécessité) d’infliger une défaite stratégique à la Russie sur le champ de bataille », a-t-il déclaré à l’ex-animateur star de Fox News.

« Mais maintenant ils semblent se rendre compte que c’est difficile à réaliser, voire impossible. A mon avis, c’est impossible par définition. Ça n’arrivera jamais. Il me semble que maintenant, ceux qui sont au pouvoir en Occident en sont également conscients », a ajouté celui qui a lancé l’invasion de l’Ukraine en février 2022. « Si cette réalisation a été bien comprise, ils doivent réfléchir à la suite. Nous sommes prêts à ce dialogue », a-t-il assuré. Les propos du maître du Kremlin, qui s’exprimait en russe, étaient doublés en anglais.

Le Congrès américain fait un (petit pas) pour aider l’Ukraine

Le Congrès américain a fait un premier pas timide jeudi vers le déblocage d’enveloppes pour l’Ukraine et Israël, mais leur avenir demeure très incertain, des parlementaires proches de Trump refusant de donner le moindre dollar supplémentaire pour Kiev. Après des mois d’âpres négociations, le Sénat a enfin accepté d’examiner un texte qui débloquerait plus de 60 milliards de dollars pour l’Ukraine et 14 milliards pour Israël, une première étape d’un processus semé d’embûches.

Deux ans après le début de l’invasion russe, les élus des Etats-Unis, principal soutien militaire à l’Ukraine, ne parviennent en effet pas à se mettre d’accord sur la validation de nouveaux fonds. Les démocrates sont, dans l’immense majorité, pour. Les républicains, eux, sont divisés entre faucons interventionnistes, pro-Ukraine, et lieutenants de Donald Trump, bien plus isolationnistes.

En pleine campagne présidentielle, l’équation s’est transformée en bras de fer à distance entre Joe Biden, qui réclame de toute urgence ces nouveaux fonds, et Donald Trump, qui prétend que s’il était réélu en novembre, il réglerait la guerre entre la Russie et l’Ukraine « en 24 heures », sans vraiment expliquer comment.

Le vote de jeudi au Sénat est une bonne nouvelle pour les partisans de l’aide à l’Ukraine. « C’est un premier pas très important pour continuer à appuyer l’Ukraine dans sa victoire », a salué Volodymyr Zelensky. Mais le plus dur reste à faire. Après avoir examiné le texte, les sénateurs se prononceront peut-être dans les prochains jours sur cette grande enveloppe lors d’un vote final et l’enverront à la Chambre des représentants, qui l’examinera à son tour.

La Russie et l’Ukraine échangent 100 prisonniers de guerre de chaque camp

La Russie et l’Ukraine ont annoncé jeudi avoir échangé 100 prisonniers de guerre de chaque camp, plus d’une semaine après une opération de ce type concernant plusieurs centaines de soldats. « Le 8 février, à la suite de négociations, 100 militaires russes qui étaient en danger de mort en captivité sont revenus du territoire contrôlé par le régime de Kiev. En contrepartie, 100 prisonniers de guerre des forces ukrainiennes ont été remis », a indiqué le ministère russe de la Défense.

Volodymyr Zelensky s’est lui réjoui du retour de « 100 Ukrainiens ». « La plupart sont des défenseurs de Marioupol », a-t-il ajouté, faisant référence à cette ville ukrainienne prise par les Russes au terme d’un siège sanglant en 2022. Il s’agit du 51e échange de ce type, selon le centre ukrainien chargé de la question des prisonniers de guerre. Depuis le début de l’invasion russe, en février 2022, 3315 captifs ukrainiens ont pu revenir dans leur pays, selon Kiev.



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA