Cadres : les recrutements devraient continuer de progresser cette année

Un contexte qui reste toujours favorable. Après avoir augmenté de 7 % et atteint un record historique en 2023, les recrutements de cadres devraient encore progresser légèrement cette année, selon les prévisions de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) publiées ce mardi. Malgré le ralentissement conjoncturel de l’économie, le nombre de recrutements de cadres pourrait s’élever à 337 000 cette année, après 330 700 en 2023.

L’an dernier, 66 600 promotions au statut cadre sont venues s’ajouter à ces recrutements, 22,5% des salariés du secteur privé ayant au total ce statut, contre seulement 14% en 2005, a indiqué le directeur général de l’Apec Gilles Gateau lors d’une présentation à la presse.

Le nombre de sorties par démissions, licenciements et départs à la retraite a lui augmenté de 7 % en 2023 pour atteindre 311 900, dont 41 400 départs en retraite, les autres départs étant essentiellement liés à la mobilité de salariés quittant une entreprise pour une autre. L’an dernier, ce sont donc 85 400 postes de cadres supplémentaires qui ont été créés, soit 6 % de plus qu’en 2022. La hausse en nombre de postes est plus importante que les années précédentes.

« Pas d’effet de retournement »

En 2024, il n’y aura « pas d’effet de retournement » du marché de l’emploi des cadres, estime Gilles Gateau. Les entreprises « dans un contexte où il est difficile de recruter, difficile de trouver les compétences que l’on recherche, vont avoir des comportements de rétention » en évitant « d’ajuster leurs effectifs à trop court terme », explique-t-il. Mais « on arrive peut-être à un plateau » et « un niveau de recrutement qui va se stabiliser sur ce très haut niveau », a jugé la directrice générale adjointe de l’Apec Laetitia Niaudeau.

Pour expliquer ce ralentissement, elle cite les derniers chiffres de la Banque de France, selon lesquels « l’investissement des entreprises pourrait s’inscrire en retrait de 0,4% » cette année », un indicateur qui compte davantage pour l’emploi des cadres que la consommation des ménages.

Trois secteurs d’activité devraient concentrer cette année plus de la moitié (52 %) des recrutements de cadres, l’informatique arrivant en tête suivie du commercial et marketing, puis du secteur études, recherche et développement. Une activité fait exception : l’immobilier, où les prévisions d’embauches de cadres dégringolent de 30 % cette année, en raison de la crise d’ampleur que connaît ce secteur. L’industrie a quant à elle bénéficié d’une bonne dynamique de recrutements l’an passé avec 15 % de hausse, mais à un niveau total très inférieur aux services à forte valeur ajoutée, qui ont de leur côté progressé de 8 %.



Lire plus

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA