A l'Assemblée nationale, choc, cartons et maux de tête




Sous le choc après le coup de tonnerre de la dissolution, élus et collaborateurs parlementaires commencent à faire leurs cartons dans une Assemblée nationale à moitié déserte, tandis que de nombreux députés sont déjà sur le terrain pour une campagne éclair.
« Je repars tout de suite en campagne » avant le premier tour des législatives anticipées le 30 juin, raconte le socialiste Philippe Brun, député de l’Eure, de passage au Palais Bourbon pour préparer « les lettres de licenciement » de collaborateurs parlementaires et « fermer des comptes liés à l’Assemblée nationale ».
« Mon sujet principal c’est mes collabs », abonde l’insoumis Eric Coquerel.



Lire plus

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA