Des milliers de personnes se rassemblent à Hong Kong alors que le gouvernement appelle au calme


HONG KONG (Reuters) – Des milliers de manifestants vêtus de noir de tous horizons se sont réunis dimanche à Hong Kong sous un ciel bleu pour un rassemblement qui devrait mesurer le soutien à la démocratie dans le centre financier qui a été entaché par des manifestations pour six mois.

Une vue générale des manifestants lors d'une marche de la Journée des droits de l'homme, organisée par le Civil Human Right Front, à Hong Kong, Chine, le 8 décembre 2019. REUTERS / Danish Siddiqui

Des militants anti-gouvernementaux, jeunes et vieux, ont convergé vers Victoria Park, le point de départ du rassemblement dans le quartier commerçant animé de Causeway Bay avant de se diriger vers Chater Road près du cœur du quartier financier.

Les autorités ont donné leur feu vert au Civil Human Rights Front (CHRF) – organisateur de marches largement pacifiques d'un million de personnes en juin – pour organiser le rassemblement, la première fois que le groupe est autorisé à manifester depuis le 18 août.

«Je me battrai pour la liberté jusqu'à ma mort parce que je suis Hongkongaise», a déclaré June, une mère de 40 ans vêtue de noir assise sur l'herbe à Victoria Park. «Aujourd'hui, il s'agit de se tenir aux côtés de Hong Kong et de la communauté internationale.»

D'autres ont scandé «Luttez pour la liberté, soutenez Hong Kong», l'un des slogans du mouvement anti-gouvernement.

La police a déclaré plus tôt dimanche qu'elle avait arrêté 11 personnes, âgées de 20 à 63 ans et saisi des armes, notamment des couteaux de l'armée, des pétards, 105 balles et un pistolet semi-automatique, la première saisie d'une arme de poing en six mois de manifestations.

De nombreux manifestants se sont assis sur l'herbe dans le parc Victoria en attendant que les organisateurs annoncent le début de la marche prévue à 15 heures. (0700 GMT) qui suivra le chemin de manifestations similaires, dont la plupart ont commencé pacifiquement mais sont ensuite tombées dans la violence.

Les protestations se sont intensifiées en juin à cause d'un projet de loi d'extradition, désormais abandonné, qui aurait permis d'envoyer des personnes en Chine continentale pour y être jugées, mais qui sont maintenant devenues des appels plus larges à la démocratie, entre autres demandes.

Dans un communiqué publié samedi, le gouvernement a appelé au calme et a déclaré qu'il avait "appris sa leçon et écoutera et acceptera humblement les critiques".

Le nouveau commissaire de police de Hong Kong, Chris Tang, a déclaré que sa force adopterait une approche flexible des manifestations, en utilisant «l'approche à la fois dure et douce».

L'ancienne colonie britannique a été secouée par plus de 900 manifestations, processions et réunions publiques depuis juin, et de nombreuses se sont soldées par de violents affrontements entre manifestants et policiers, qui ont parfois réagi avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

Les manifestants ont incendié des véhicules et des bâtiments, lancé des bombes à essence dans les postes de police et les trains, jeté des débris des ponts sur la circulation en contrebas et vandalisé des centres commerciaux et des campus universitaires, soulevant des questions sur la manière et le moment où les troubles peuvent cesser.

Les manifestants sont en colère contre ce qu'ils considèrent comme l'ingérence du gouvernement chinois dans les libertés promises à Hong Kong lorsque la colonie britannique d'alors est revenue à la domination chinoise en 1997.

Pékin nie toute ingérence et a condamné les troubles et blâmé les gouvernements étrangers, y compris les États-Unis et l'ancienne puissance coloniale britannique, de s'ingérer dans les affaires intérieures du pays.

Des manifestants assistent à une marche de la Journée des droits de l'homme, organisée par le Civil Human Right Front, à Hong Kong, Chine, le 8 décembre 2019. REUTERS / Danish Siddiqui

Le président et le président de la Chambre de commerce américaine (AmCham) à Hong Kong se sont vu refuser séparément l'entrée dans la ville voisine de Macao, gouvernée par la Chine, samedi après avoir été arrêtée par des agents de l'immigration.

Le centre financier international a connu un calme relatif depuis que les élections locales du 24 novembre ont remporté une victoire écrasante pour les candidats pro-démocratie.

Près de 6 000 personnes ont été arrêtées lors des manifestations depuis juin, dont plus de 30% entre 21 et 25 ans.

Reportage supplémentaire de Noah Sin et Sarah Wu, écrit par Anne Marie Roantree; Montage par Jacqueline Wong



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *