Comment Toronto prévoit de garder les écoles ouvertes pendant son deuxième verrouillage


Chaque matin que ma fille et mon fils, qui est en 7e année, vont physiquement à l'école, ils terminent un dépistage Covid-19 en ligne, vérifier qu'ils ne présentent aucun symptôme de coronavirus avant d'arriver. S'ils présentent des symptômes, ils doivent rester à la maison et se faire dépister. Chaque fois qu'un élève est testé positif, le bureau de santé publique pénètre dans l'école pour à la fois contenir le virus et enquêter sur sa propagation, par des tests et la recherche des contacts, selon le Dr Dubey.

Jusqu'à présent, a-t-elle déclaré, les données de son bureau montrent que la plupart des enfants sont infectés à la maison, pas à l'école.

«Les écoles sont en fait un endroit plus sûr pour les enfants», a déclaré le Dr Dubey, soulignant que le taux de positivité chez les adolescents de Toronto est de 7,5% – plus élevé que le taux observé dans les écoles.

Elle a ajouté: «Si les enfants ne sont pas à l'école, ils seront plus dans la communauté – à des dates de jeu, ou autres, où Covid se propage. Cela fait partie de l'équilibre. Au moins dans un cadre scolaire, ils socialisent et reçoivent une éducation, et c'est «contrôlé». »

De nombreux parents ne sont pas convaincus. À Toronto, le pourcentage d'enfants optant pour l'apprentissage en ligne est passé à 33% à la fin d'octobre, contre 26% au début de l'année scolaire, selon les chiffres du Toronto District School Board. Dans les banlieues de Mississauga et de Brampton, le changement a été encore plus prononcé, près de la moitié des élèves des écoles élémentaires publiques fréquentant désormais virtuellement des cours, selon le service de presse de la Presse canadienne.

«De très nombreuses familles n’ont pas confiance dans le plan mis en place par ce gouvernement», a déclaré Kelly Iggers, mère et enseignante dans une école primaire de Toronto qui a recueilli plus de 270000 signatures. sur une pétition exigeant que le gouvernement réduise la taille des classes, ce qui ne s'est pas produit. «À ce stade, seule une très petite proportion d'enfants se font tester. Nous ne savons tout simplement pas combien de cas sont disponibles. "



Catherine Porter – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *