Les cas de coronavirus augmentent chez les enfants dans les hôpitaux sud-africains


JOHANNESBURG — Les enfants étaient allés à l’hôpital pour diverses raisons : l’un avait la jaunisse, l’autre le paludisme. Un troisième avait un os cassé. Mais une fois admis, ils ont tous été testés positifs pour le coronavirus, une tendance inquiétante dans les hôpitaux sud-africains qui laisse entrevoir à quel point la nouvelle variante, Omicron, peut être transmissible.

Les médecins des services pédiatriques de deux grands hôpitaux de Johannesburg disent qu’ils n’ont pas vu de pic d’admissions, et ils ne savent toujours pas si les enfants ont Omicron. Mais l’augmentation du nombre de personnes testées positives après leur arrivée peut donner un aperçu du comportement de la variante fortement mutée qui a été découverte le mois dernier et dont on sait peu de choses.

« Notre soupçon est que les taux de positivité à Covid dans le cadre communautaire sont très, très élevés en ce moment et en augmentation », a déclaré le Dr Gary Reubenson, pédiatre à l’hôpital Rahima Moosa Mother and Child de Johannesburg.

Les jeunes enfants de moins de 12 ans ne sont pas encore éligibles aux vaccins Covid-19 en Afrique du Sud, ce qui les rend également plus vulnérables.

Bien qu’il soit encore trop tôt pour tirer des conclusions sur la gravité de la maladie causée par Omicron, les premières modélisations et analyses suggèrent qu’il pourrait évoluer deux fois plus vite que la variante Delta.

« Ce qui est effrayant maintenant, c’est que la proportion de patients positifs parmi ceux qui sont admis est très élevée », a déclaré le Dr Sithembiso Velaphi, qui travaille à l’hôpital Chris Hani Baragwanath de Soweto. « Globalement, le nombre d’admissions n’a pas augmenté.

Et bien que le nombre de jeunes patients soit relativement faible, les médecins ont noté que peu d’enfants jusqu’à présent ont eu besoin d’oxygène.

Le nombre de cas de coronavirus en Afrique du Sud continue d’augmenter de façon exponentielle dans une quatrième vague d’infections qui, selon les épidémiologistes, est due à Omicron. Depuis que la variante a été séquencée pour la première fois et annoncée par des médecins sud-africains le 25 novembre, elle est devenue la version dominante parmi les échantillons testés dans le pays.

À l’hôpital Rahima Moosa, un hôpital public qui dessert les quartiers populaires du centre de Johannesburg, le Dr Reubenson a déclaré qu’il n’avait pas vu de pic d’admissions mais qu’une proportion plus élevée de patients pédiatriques et de femmes enceintes étaient testés positifs pour le coronavirus.

Mais, a-t-il averti, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur la variante. Mardi, il y avait 10 patients dans le service pédiatrique Covid-19, mais très peu présentaient des symptômes respiratoires. Un seul enfant, qui a reçu un diagnostic de pneumonie, avait besoin d’oxygène, a déclaré le Dr Reubenson, qui travaille également comme spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à la faculté de médecine de l’Université de Witwatersrand.

Le nombre relativement faible de patients de Covid-19 ayant besoin d’oxygène était conforme aux conclusions d’un premier rapport des médecins du Steve Biko Academic et du complexe hospitalier du district de Tshwane à Pretoria, actuellement l’épicentre de l’épidémie en Afrique du Sud.

À l’hôpital Chris Hani Baragwanath de Soweto, le Dr Velaphi a observé un schéma similaire dans le service pédiatrique Covid-19. Mardi, 12 enfants ont été admis, dont trois avaient besoin d’oxygène.

Il est encore trop tôt pour dire si les enfants développeront une maladie potentiellement plus grave, le syndrome multi-inflammatoire, qui a été trouvé chez certains enfants testés positifs pour le virus. Cela peut prendre environ six à huit semaines après l’infection pour que cela se développe, a déclaré le Dr Velaphi. Les symptômes comprennent généralement des douleurs à l’estomac, de la diarrhée et des vomissements, entre autres.

Dans les deux hôpitaux, on ne savait pas combien d’enfants venaient de foyers dont les parents ou les tuteurs étaient vaccinés. Dans la salle d’accouchement de Rahema Moosa, on ne savait pas non plus combien de femmes enceintes avaient été vaccinées.

Mais les données de l’Institut national des maladies transmissibles ont montré que de nombreux enfants testés positifs pour le coronavirus avaient des parents ou des tuteurs qui n’étaient pas vaccinés.

Alors que des études préliminaires montrent qu’une infection précédente peut ne pas protéger contre la nouvelle variante, l’assouplissement des réglementations telles que le port du masque et la distanciation sociale fin octobre a très probablement joué un rôle dans l’augmentation du taux de positivité, a déclaré le Dr Reubenson.

Lors de la précédente vague d’infections, entraînée par la variante Delta, les enfants représentaient 12% des cas positifs de coronavirus, selon les données de l’institut des maladies transmissibles.

Puis, pendant l’hiver sud-africain, lorsque les enfants allaient à l’école selon un horaire décalé, davantage d’adolescents ont été infectés et admis à l’hôpital, a déclaré le Dr Waasila Jassat, spécialiste de la santé publique à l’Institut national des maladies transmissibles.

L’Afrique du Sud a étendu la vaccination aux enfants aussi jeunes que 12 ans en octobre, avec plus de 652 000 vaccinés à ce jour. Le gouvernement sud-africain a autorisé une injection du vaccin Pfizer-BioNTech pour le groupe d’âge de 12 à 17 ans, la deuxième dose étant disponible à partir de janvier.

Pour contourner les tuteurs et les parents hésitants, les adolescents n’ont pas besoin de la permission de leurs parents ou tuteurs pour se faire vacciner dans des stations de vaccination publiques gratuites.

Cela peut expliquer, selon le Dr Jassat, pourquoi il y a plus d’enfants plus jeunes testés positifs que d’adolescents. Il n’est pas encore clair si le régulateur sud-africain des produits de santé autorisera l’utilisation de vaccins pour les enfants de moins de 12 ans.

Depuis la semaine dernière, les fabricants de vaccins n’avaient pas encore demandé l’autorisation d’administrer des vaccins aux enfants de moins de 12 ans en Afrique du Sud, ont déclaré des responsables.



Lynsey Chutel – [source] – NYT > World > Africa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA