Dernières nouvelles sur la Russie et l’Ukraine : mises à jour en direct


ImageL'armée russe lors d'exercices mercredi dans la chaîne de Kuzminsky dans la région sud de Rostov en Russie.
Crédit…Sergueï Pivovarov/Reuters

Le Kremlin a averti jeudi qu’il n’y avait « pas beaucoup de raisons d’être optimiste » quant au fait que l’Occident satisferait les exigences de la Russie dans l’affrontement contre l’Ukraine, mais a déclaré que le président Vladimir V. Poutine prendrait son temps pour étudier les réponses écrites que les États-Unis et L’OTAN a soumis un jour plus tôt avant de décider comment procéder.

« Tous ces papiers sont chez le président », a déclaré le porte-parole de M. Poutine, Dmitri S. Peskov, aux journalistes. « Il faudra bien sûr un peu de temps pour les analyser – nous ne nous précipiterons pas pour tirer des conclusions. »

M. Peskov n’a pas discuté du contenu des réponses, dont les États-Unis ont demandé qu’elles restent confidentielles. Mais il a dit que sur la base des remarques publiques à leur sujet par le secrétaire d’État Antony J. Blinken et Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, il y avait peu de chances que l’Occident offre des concessions sur les demandes centrales de la Russie.

« Il n’y a pas beaucoup de raisons d’être optimiste », a déclaré M. Peskov, répondant à une question de savoir si la Russie serait satisfaite des réponses occidentales. « Mais je continuerais à m’abstenir de faire des évaluations conceptuelles. »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov, a émis une note négative similaire, déclarant dans des commentaires publié sur le site Internet de son ministère que le document américain ne contenait « aucune réaction positive » aux principales revendications de la Russie.

Les commentaires des responsables russes sont intervenus dans le contexte du renforcement des troupes russes près de l’Ukraine et quelques heures après une fusillade dans une usine de missiles ukrainienne pendant la nuit qui a rappelé la situation militaire fragile sur le terrain. Il n’y avait aucune preuve immédiate que la fusillade était liée à la montée des tensions militaires dans la région.

Alors que les craintes occidentales grandissaient face à une éventuelle attaque russe contre l’Ukraine, Moscou a publié le mois dernier une liste de demandes qui impliqueraient que l’OTAN retire ses troupes d’Europe de l’Est et s’engage à ne jamais autoriser l’adhésion de l’Ukraine. La Russie a demandé une réponse par écrit, que les États-Unis et l’OTAN ont soumise mercredi.

M. Lavrov a déclaré que si la réponse américaine incluait des initiatives qui pourraient servir de « début d’une conversation sérieuse », il n’y avait aucun signe de progrès sur la priorité de la Russie de réduire la présence de l’OTAN en Europe de l’Est. Il a déclaré que les consultations entre les responsables du gouvernement russe seraient suivies d’un briefing à M. Poutine, qui « décidera de nos prochaines étapes ».

Monsieur Poutine, qui s’est tu en public sur la crise ukrainienne depuis décembre, s’est rendu jeudi dans un cimetière de Saint-Pétersbourg à l’occasion du 78e anniversaire de la fin du siège nazi de Leningrad, dans lequel le frère de M. Poutine mort enfant. La télévision d’État a diffusé de brèves images de M. Poutine, vêtu d’un pardessus noir, plaçant des fleurs sur une couronne dans la neige. M. Peskov a déclaré que le président n’avait prévu aucun autre événement public.

Vidéo

transcription

transcription

Blinken qualifie la lettre américaine à la Russie de « voie diplomatique vers l’avant »

Les États-Unis ont fourni une réponse écrite aux demandes de la Russie en Europe de l’Est, qui comprenait ses préoccupations concernant l’escalade des tensions militaires dans la région.

La Russie avait précédemment fait part de ses préoccupations et de ses propositions par écrit. Et la semaine dernière, j’ai dit au ministre des Affaires étrangères Lavrov que les États-Unis feraient de même. Aujourd’hui, l’ambassadeur Sullivan a livré notre réponse écrite à Moscou. Tout compte fait, il définit une voie diplomatique sérieuse, si la Russie la choisit. Le document que nous avons remis comprend les préoccupations des États-Unis et de nos alliés et partenaires concernant les actions de la Russie qui compromettent la sécurité, une évaluation fondée sur des principes et pragmatique des préoccupations soulevées par la Russie, et nos propres propositions concernant les domaines où nous pourrions trouver terrain d’entente. Nous précisons qu’il existe des principes fondamentaux que nous nous engageons à respecter et à défendre, notamment la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ainsi que le droit des États de choisir leurs propres arrangements et alliances en matière de sécurité. Nous ne rendons pas public le document, car nous pensons que la diplomatie a les meilleures chances de réussir si nous prévoyons un espace pour des entretiens confidentiels. Nous espérons et espérons que la Russie partagera le même point de vue et prendra notre proposition au sérieux.

Chargement du lecteur vidéo
Les États-Unis ont fourni une réponse écrite aux demandes de la Russie en Europe de l’Est, qui comprenait ses préoccupations concernant l’escalade des tensions militaires dans la région.CréditCrédit…Photo de la piscine par Brendan Smialowski

Les États-Unis affirment que plus de 100 000 soldats russes sont massés près de la frontière ukrainienne, prêts à attaquer à tout moment. La Russie nie avoir l’intention d’envahir l’Ukraine, mais des mois de messages menaçants du Kremlin ont fait craindre que M. Poutine soit prêt à utiliser des moyens militaires pour inverser le virage pro-occidental de l’ancienne république soviétique.

Pour l’instant, les responsables de tous les bords disent qu’il y a encore une chance pour la diplomatie de résoudre la crise.

Mais la Russie a clairement indiqué que l’impasse militaire actuelle ne se limite pas à l’Ukraine. Le Kremlin cherche à réécrire l’ordre post-guerre froide de l’Europe pour donner à la Russie une sphère d’influence en Europe de l’Est – ce qui, selon M. Poutine, est essentiel à la sécurité à long terme de la Russie. M. Poutine a menacé de mesures «techniques militaires» non spécifiées si l’Occident n’accédait pas aux exigences de la Russie.

Moscou a continué à jouer avec timidité sur ce que pourraient être ces mesures. M. Poutine a récemment eu des appels avec les dirigeants du Nicaragua, de Cuba et du Venezuela, alimentant la spéculation selon laquelle la Russie pourrait déployer des missiles en Amérique latine qui renforceraient sa capacité à menacer le continent américain.

Mais Dmitri A. Medvedev, le vice-président du conseil de sécurité de M. Poutine, a minimisé cette spéculation dans une interview télévisée diffusée jeudi qui a été enregistrée avant que les États-Unis ne soumettent leurs réponses écrites.

« Courir devant et dire que nous voulons une base là-bas ou que nous nous sommes mis d’accord sur quelque chose serait absolument faux », a déclaré M. Medvedev. « Ce serait provoquer des tensions dans le monde. »



The New York Times – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA