Le visa de Novak Djokovic est à nouveau annulé par l’Australie


Crédit…Martin Keep/Agence France-Presse — Getty Images

La fureur suscitée par la lutte contre l’immigration de Novak Djokovic a complètement éclipsé le tennis joué cette semaine avant l’Open d’Australie, et Andy Murray, l’un des rivaux de longue date de Djokovic, a pesé quelques minutes après avoir atteint la finale en simple de l’International de Sydney.

« Je ne vais pas m’asseoir ici et commencer à donner des coups de pied à Novak pendant qu’il est à terre », a déclaré Murray, un ancien numéro un mondial. « Je l’ai dit l’autre jour – ce n’est une bonne situation pour personne. »

Murray, comme de nombreux joueurs et fans, n’était pas clair sur ce qui pourrait arriver ensuite; après que son visa ait été annulé une deuxième fois, les avocats de Djokovic étaient bientôt de retour au tribunal pour une audience vendredi soir.

Mais Murray a déclaré qu’il était impatient que la situation soit résolue.

« Je pense que ce serait bien pour tout le monde si c’était le cas », a-t-il déclaré. «Il semble juste que cela traîne depuis assez longtemps maintenant et oui – pas génial pour le tennis, pas génial pour l’Open d’Australie, pas génial pour Novak. De toute évidence, beaucoup de gens ont critiqué le gouvernement ici aussi. Ça n’a pas été bon.

Murray a déclaré qu’il encouragerait les gens à se faire vacciner contre le coronavirus et pensait également qu’ils devraient avoir le choix de refuser le vaccin, comme l’a fait Djokovic.

« Mais il y a aussi des conséquences parfois pour ces décisions », a déclaré Murray. «La dame qui m’a donné mon troisième coup, elle travaille à l’hôpital du centre de Londres, et elle m’a dit que chaque personne qui se trouve aux soins intensifs et sous ventilateurs sont toutes des personnes non vaccinées. Donc pour moi, il est logique que les gens aillent de l’avant et le fassent.

« Oui, la plupart des jeunes athlètes en bonne santé iront probablement bien, mais oui, nous devons tous jouer notre rôle dans celui-ci, je pense. »

Lors du tournoi de qualification de l’Open à Melbourne Park, les foules ont été clairsemées cette année, mais le drame autour de la présence de Djokovic dans le pays était dans l’esprit de presque tout le monde vendredi.

« J’aime mon tennis, mais je pense que c’est indépendant du tennis pour être honnête », a déclaré Tom Rundle, un homme de 58 ans d’Adélaïde portant un chapeau à larges bords. « C’est un problème plus important. Tout le monde doit suivre les règles, et le gouvernement a été assez ferme à ce sujet il y a six mois, en ce qui concerne la vaccination. Je ne pense pas que ce soit nous qui faisons la mauvaise chose par Novak; il s’agit de suivre les règles, malheureusement.

Petr Tretinik, un résident slovaque de Melbourne âgé de 37 ans, a déclaré qu’il avait longtemps suivi de près la carrière de Djokovic et qu’il était revenu à l’Open d’Australie cette année dans l’espoir de le revoir.

« C’est son tournoi, et je pense que c’est une grosse perte pour l’Open d’Australie », a déclaré Tretinik, debout à côté de la Rod Laver Arena, où Djokovic a remporté ses neuf précédents titres en simple à l’Open d’Australie. « Son visage est partout ici au tournoi et si vous vous promenez dans la ville et prenez les trams.

« Mais c’est comme ça. À un moment donné, je pense que ça redevient comme vacciné contre les non vaccinés, et si Novak joue le tournoi, ce sera alors comme une grande victoire pour les antivaxxeurs. C’est une situation délicate. »

Roger Rasheed, un Australien qui a entraîné plusieurs joueurs de premier plan, dont l’ancien numéro un mondial Lleyton Hewitt, a déclaré que Djokovic devrait accepter la deuxième annulation de son visa, plutôt que d’essayer de contester la décision du gouvernement. Une audience relative à son appel est prévue samedi matin.

« Je pense qu’il y a un moment où vous devez faire ce qui est bon pour le plus grand bien et ce qui est bon pour le sport et vos pairs », a déclaré Rasheed. « Et en fait, éloignez-vous et dites: » Je reviendrai une autre année et je recommencerai. Les circonstances sont malheureuses, mais c’est un climat très instable.





The New York Times – [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA