Économie: «2023 risque d’être mitigée»


La poussée inflationniste de 2022 s’affaiblira en 2023, mais ses effets pourraient continuer à se faire ressentir tout au long de l’année.

• À lire aussi: Hausses importantes des prix des logements à prévoir en 2023

• À lire aussi: Aucun responsable de la Fed ne prévoit de baisse des taux en 2023

• À lire aussi: Que nous réserve 2023? Un ralentissement économique, le prix d’une inflation plus basse

C’est du moins l’avis qu’a partagé l’économiste Francis Gosselin lors de son passage à l’émission Le Bilan.

«Même si 2022 a été une très mauvaise année pour les investisseurs, 2023 risque d’être mitigée également», indique-t-il.

Il estime que l’inflation baissera, mais lentement, ce qui signifierait une année encore difficile pour les taux hypothécaires, avant un répit en 2024.

«Je pense que ceux qui ont des taux variables vont payer le même prix qu’ils payent actuellement presque toute l’année, dit-il. Ça se pourrait qu’en fin d’année on voie une petite baisse du taux directeur, mais il ne faut pas s’attendre qu’on passe à des 2% ou des 2,5% comme en fin 2021.»

L’augmentation des prix à l’épicerie pourrait également s’affaiblir en cours d’année, mais cela ne signifierait pas nécessairement des baisses de prix.

«Même si l’inflation arrête, les prix vont demeurer ce qu’ils sont, continue-t-il. Ils vont augmenter moins rapidement, mais ils vont rester».

Cependant, l’économiste croit que le salaire minimum augmentera et que le contexte économique est favorable pour que plusieurs travailleurs se négocient de meilleures conditions.

«Le salaire minimum est de moins en moins utilisé, dit-il. Cette récession est particulière, car on ne vivra pas de fort du taux de chômage. C’est donc une opportunité pour les travailleurs de se négocier de meilleurs revenus pour faire face aux hausses de prix.»

En ce début d’année sur les marchés boursiers, M. Gosselin indique que les valeurs sûres comme les banques, les institutions et les grands groupes. 

«Cependant, les trucs de luxe ou qui sont circonstanciels, comme Lululemon, ça s’est très mal passé», avance-t-il. 

Les secteurs comme l’alimentation et du tourisme seraient également des avenues à explorer en 2023, tout comme les certificats de placement garanti selon l’expert.

Visionnez l’entrevue complète de Francis Gosselin dans la vidéo ci-dessus



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA