L’économie allemande «tient bon» et devrait éviter la récession


Berlin s’attendait encore cet automne à une contraction de 0,4% du PIB. FABIAN BIMMER / POOL / AFP

La situation économique reste cependant volatile.

Berlin

Les sombres prévisions de l’automne allemand ne devraient pas se confirmer au prochain printemps. La première économie du continent « tient bon » et devrait finalement éviter la récession, a déclaré mercredi le ministre de l’Économie, Robert Habeck, qui table sur une croissance de 0,2 % en 2023 au lieu d’un recul de 0,4 % du PIB, initialement attendu. Si elle devait se produire, cette récession devrait être « plus courte et plus atténuée », a minimisé le vice-chancelier.

Il y a quelques mois, les industriels s’affolaient d’une inflation exponentielle risquant d’entraîner des faillites des PME et de la persistance des difficultés d’approvisionnement. Ils critiquaient en parallèle la lenteur d’application du plan de soutien du gouvernement, pourtant doté de 200 milliards d’euros.

Ces craintes sont désormais amoindries. Grâce notamment au virage énergétique « antirusse » emprunté par Berlin, au bénéfice d’un hiver doux et d’une consommation gazière en baisse, l’inflation ne devrait pas renouer avec son pic de 10,4 % atteint en octobre, redescendant plutôt vers un étiage de 6 % en 2023, selon le ministère de l’Économie. Par ailleurs, les tensions sur les chaînes d’approvisionnement se relâchent. Autant de facteurs susceptibles par ricochet de relancer la consommation intérieure.

« L’économie allemande démarre la nouvelle année de manière confiante », confirme le président d’IFO, Clemens Fuest. En janvier, le climat des affaires évalué par l’Institut de Munich a grimpé à 90,6 contre 88,6 le mois précédent. «Toutes les mauvaises nouvelles, de A comme Arbeitsplatzverlust (perte d’emploi, en allemand) à Z comme Zusammenbruch (effondrement) de l’industrie allemande ne se sont pas matérialisées », a renchéri le chancelier, Olaf Scholz, mardi, lors d’une rencontre avec la chambre de commerce allemande.

Néanmoins, compte tenu des incertitudes liées au conflit ukrainien, un franc rebond de l’économie allemande n’est pas du tout assuré. « La situation reste volatile », a mis en garde Robert Habeck.


À VOIRAUSSI – L’Allemagne va livrer des chars Leopard en Ukraine, selon l’hebdomadaire allemand Spiegel



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA