Fondateur de WorldRemit : « J’ai perdu mon emploi pour découvrir une fraude de l’ONU » | Réseau des petites entreprises Guardian


SCertaines personnes utilisent leurs économies pour démarrer une entreprise, tandis que d’autres se tournent vers leur famille et leurs amis pour emprunter de l’argent. Mais le cas d’Ismail Ahmed était plus inhabituel. Il a lancé WorldRemit, une entreprise de transfert d’argent, avec une compensation en espèces qu’il a reçue après avoir découvert des allégations de corruption à l’ONU.

Ahmed, qui a grandi au Somaliland, un territoire séparatiste en partie désertique qui a déclaré son indépendance de la Somalie en 1991, s’est intéressé au secteur du transfert d’argent après avoir réalisé combien de personnes en dépendaient. Étudiant l’économie au Royaume-Uni, il a appris les nuances de l’industrie.

Il a ensuite aidé à gérer un projet de transfert d’argent dans le cadre du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), visant à faire une différence positive dans un secteur vulnérable à la criminalité. Mais Ahmed a découvert des allégations de corruption dans le programme de transfert de fonds de l’ONU en Somalie et a confronté son patron. « Mon patron a dit que si j’allais soumettre le dossier, je ne pourrais plus jamais travailler dans les envois de fonds, et j’ai pris cette menace très au sérieux. J’ai perdu mon emploi pour découvrir la fraude.

Sans se laisser décourager par le spectre d’une réputation professionnelle ruinée et après avoir quitté l’ONU, Ahmed s’est mis à réaliser son ambition de démarrer une entreprise de transfert d’argent mobile. « Pendant que je me battais pour [my case] à l’ONU, j’étudiais également à la London Business School.

Pendant ce temps, il a élaboré un plan d’affaires pour WorldRemit, qui a d’abord été lancé sous le nom d’AfricaRemit. Il offrirait un service aux travailleurs migrants pour envoyer de l’argent dans des pays du monde entier en utilisant simplement un smartphone et une application. Le service éliminerait les intermédiaires – les agents nécessaires pour distribuer l’argent.

En décembre 2009, Ahmed était prêt à enregistrer l’entreprise. Il était donc opportun qu’au cours du même mois, il soit notifié de la décision de l’ONU : « J’ai reçu la lettre du comité d’éthique de l’ONU à la mi-décembre et quelques jours plus tard, j’ai incorporé l’entreprise. »

Ahmed avait attendu quatre ans depuis qu’il avait soumis le dossier alléguant de la corruption à l’ONU. Mais l’attente s’est avérée payante lorsqu’en février 2010, il a reçu 200 000 £ en compensation pour la façon dont il avait été traité après avoir fait des allégations, l’argent qu’il a utilisé pour financer le lancement de WorldRemit.

Au cours des sept dernières années, l’entreprise s’est considérablement développée, permettant aux utilisateurs d’envoyer de l’argent de 50 pays à 130. La compensation a permis à Ahmed de développer l’entreprise sans influence extérieure. «Nous voulions arriver à un stade où nous pourrions être très sélectifs quant à qui nous prenions de l’argent. Notre chiffre d’affaires était de 5,5 millions de livres sterling, c’était donc une étape où nous étions dans une position de force où nous pouvions choisir.

Entre 2010 et 2013, WorldRemit a reçu 6,2 millions de livres sterling des premiers investisseurs.

Au fur et à mesure que l’entreprise s’est développée, l’intérêt des investisseurs s’est également accru. En 2014, WorldRemit a reçu un investissement de série A de 33 millions de livres sterling d’Accel Partners. En 2015, il a levé un financement de série B de 82 millions de livres sterling dirigé par Technology Crossover Ventures (TCV), l’un des premiers investisseurs de Facebook, Spotify, Netflix et Slack. En 2016, des facilités de fonds de roulement supplémentaires de 37 millions de livres sterling ont été fournies par TriplePoint Venture Growth et la Silicon Valley Bank.

Ahmed dit que son expertise éprouvée dans les transferts d’argent a été utile pour sécuriser le premier investissement. Néanmoins, les envois de fonds étaient une industrie mûre pour l’innovation numérique, tant dans le monde développé que dans le monde en développement.

Il décrit comment son intérêt pour la mise à jour du secteur a été piqué : « Quand j’étais écolier [in Somaliland] des dizaines de milliers d’hommes ont traversé la mer Rouge pour travailler dans les États du Golfe [in the oil industry]. C’était une sorte de ruée vers l’or. Je suis devenu un bénéficiaire des envois de fonds de mon frère, qui était l’un des hommes qui sont allés en Arabie saoudite. Puis, quand je suis venu [to the UK to study] grâce à une bourse, je suis devenu expéditeur. J’ai donc vu des envois de fonds des deux côtés.

En tant que tel, Ahmed a compris à quel point le modèle de transfert d’argent traditionnel, dans lequel l’expéditeur et le destinataire doivent rendre visite à un agent agissant pour une grande entreprise, souvent dans un magasin du coin, était peu pratique et coûteux. « Souvent, quelqu’un qui recevait 100 $ [£81] voyagerait deux ou trois heures et dépenserait environ 15 $ pour y arriver.

En décembre 2016, 588 000 transactions ont été réalisées sur la plateforme, mais la croissance ne s’est pas faite sans mal. Il a été rapporté que l’entreprise avait réduit son personnel d’environ 30 personnes en 2015. Interrogé sur la raison pour laquelle cela était nécessaire, Ahmed déclare : « Comme le font la plupart des entreprises technologiques en croissance, nous devons reconfigurer de temps en temps. En juillet 2015, nous avons licencié des personnes qui n’avaient pas les bonnes compétences qui nous convenaient à l’époque.

Il ajoute que, depuis lors, les effectifs ont doublé et que WorldRemit emploie désormais 328 personnes dans le monde, dont 260 travaillent dans son bureau de Londres.

Bien que l’industrie ait des possibilités mondiales, elle doit encore s’adapter aux spécificités de chaque marché sur lequel elle pénètre. Ahmed a rencontré une autre difficulté lors du lancement de WorldRemit au Canada, quelques semaines après ses débuts au Royaume-Uni. « Nous avions fait pas mal d’études de marché et savions en quoi c’était différent du Royaume-Uni, mais le Canada s’est quand même révélé assez différent de ce que nous pensions. » Les méthodes de paiement typiques des Canadiens étaient différentes – beaucoup utilisaient des cartes de paiement plutôt que des cartes de débit, qui ne pouvaient pas être utilisées dans les transactions en ligne, explique-t-il.

« Nous nous sommes trompés au début et avons dû revenir en arrière et apprendre comment cela fonctionnait. » Ahmed dit que retravailler leur offre au Canada a pris quelques mois. Cependant, la persévérance a porté ses fruits et aujourd’hui, le Canada est le troisième plus grand marché de WorldRemit.

Environ 80% des revenus proviennent de l’extérieur du Royaume-Uni, explique Ahmed, et le plan est de poursuivre l’expansion mondiale.

Il ajoute qu’une convergence des tendances, y compris des réglementations plus strictes sur les entreprises traditionnelles de transfert d’argent en espèces, la prévalence des smartphones et l’adoption des services d’argent mobile dans les pays en développement, en font un moment opportun pour les entreprises de transfert de fonds numériques.

« Comme nous avons maintenant obtenu les licences d’État individuelles dont nous avions besoin aux États-Unis, nous nous attendons à une croissance significative en Amérique du Nord », ajoute-t-il. « Nous démocratisons le processus, tout le monde peut accepter l’argent mobile. »

Inscrivez-vous pour devenir membre de la Réseau Guardian Small Business ici pour plus de conseils, d’informations et de meilleures pratiques directement dans votre boîte de réception.



Emma Featherstone- [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA