INDONÉSIE – ÉCONOMIE : La roupie indonésienne, enjeu majeur de 2023


 

Les exportations indonésiennes, qui ont généré un excédent commercial d’environ 54,5 milliards de dollars US l’année dernière, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2021, devraient, selon les prévisions, diminuer cette année en raison de l’affaiblissement du marché des matières premières, les risques de récession économique ayant fait baisser la demande mondiale de biens. Mais l’inquiétude démesurée concernant la fin du boom des matières premières et son impact négatif probable sur le taux de change de la roupie est déplacée. écrit le Jakarta Post.

 

Il est vrai que la croissance de la valeur des exportations a commencé à diminuer depuis septembre, mais une lecture plus attentive montre que la baisse des prix des matières premières est encore progressive et que toutes les matières premières ne souffrent pas d’une baisse de la demande. Par exemple, la demande de charbon indonésien, d’huile de palme et de plusieurs autres minéraux restera assez forte dans le contexte de la guerre prolongée entre la Russie et l’Ukraine. Les analystes s’attendent donc à ce que la balance des comptes courants (importations et exportations de biens et services et paiements effectués aux investisseurs étrangers) se transforme en un déficit gérable d’environ 1,12 % du produit intérieur brut (PIB) cette année, contre un excédent estimé à 1 % du PIB en 2022. Le niveau des réserves étrangères indonésiennes, estimé à 137 milliards de dollars le mois dernier, est également encourageant. Bien qu’en baisse par rapport aux 145 milliards de dollars de l’année précédente, les réserves sont toujours sûres car elles détiennent l’équivalent du financement de six mois d’importations et du service de la dette extérieure du gouvernement.

 

Ce chiffre est bien supérieur à la norme internationale d’adéquation des réserves, qui est de trois mois d’importations. Nous pensons que les pressions à la baisse sur la roupie seront générées davantage par l’inquiétude croissante concernant une récession économique mondiale, qui déclenche un sentiment d’investissement négatif dans les économies émergentes comme l’Indonésie et pousse les investisseurs à se déplacer vers des endroits plus sûrs. Il est donc crucial pour la Banque d’Indonésie (BI) d’axer sa politique monétaire cette année sur la stabilisation du taux de change de la roupie et la gestion de l’inflation vers le corridor cible dans le cadre de ses mesures d’atténuation de l’impact des retombées mondiales. La BI, qui tient aujourd’hui sa réunion mensuelle de politique monétaire, doit également veiller à ce que le taux d’intérêt, qui diffère de celui des États-Unis, reste attrayant pour les investisseurs de portefeuille, car la Réserve fédérale américaine continuera très probablement à augmenter son taux directeur, qui se situe actuellement entre 4,25 et 4,5 %, afin de contenir l’inflation à son objectif de 2 %. Dans ce contexte, le marché s’attend à ce que le taux directeur de la BI, qui est actuellement de 5,5 %, soit progressivement porté à 6 % au cours du premier semestre.

 

Le plan lancé récemment par le président Joko “Jokowi” Widodo visant à offrir des incitations aux exportateurs pour les encourager à garder leurs recettes d’exportation en dollars dans le pays pendant une période plus longue mérite, dans une certaine mesure, d’être mis en œuvre tant qu’il ne s’agit pas d’un contrôle des changes carrément rigide.

 

Remerciements à Paul di Rosa



Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA